La rentrée BD

En cette rentrée 2016, de nombreuses BD aux styles divers sont à découvrir.

Un petit plaisir pour commencer : le retour de Lucky Luke (Dargaud), même si Goscinny n’a toujours pas été remplacé. Cette fois, Jul s’est collé au scénario de La Terre promise (à paraître le 4 novembre) sur des dessins d’Achdé (Dargaud). Jacques Tardi clôt sa série sur le traumatisme de 14 / 18, dans Le Dernier assaut (Casterman, 5 octobre). Blake et Mortimer, l’intégrale de Valérian (sans douter pour annoncer le film de Luc Besson) sont les autres réjouissances patrimoniales de cette rentrée. Voilà pour l’histoire.

Le cru 2016 propose aussi beaucoup d’adaptations de grands romans : celle du chef d’œuvre de Tabucchi Pereira prétend par Pierre-Henry Gomont (Sarbacane) a tout pour séduire, comme La forêt des renards pendus de Nicolas Dumontheuil (Futuropolis) d’après le Finlandais Arto Paasilinna. L’autobiographie est également à la mode dans la bande dessinée. La célèbre maison l’Association, qui a fait connaître Marjane Satrapi, propose Coquelicots d’IrakLewis Trondheim raconte l’enfance irakienne de sa femme et collaboratrice Brigitte Findakly. On ajoutera Les Scènes de la vie hormonale de Catherine Meurisse (Dargaud), dont les lecteurs de Charlie Hebdo connaissent bien l’humour cinglant, et une série à succès (plus de 700.000 exemplaires pour les deux premiers tomes en France), L’Arabe du futur 3, du dessinateur et cinéaste Riad Sattouf (Allary Editions), beau récit sur l’enfance de Riad, entre la Libye, la Syrie et la France.