Le retour des Gremlins !

Warner Bros l’a annoncé : les Gremlins vont faire leur grand retour dans une série animée. Les créatures imaginaires de Joe Dante vont bientôt percer le petit écran, pour le plus grand bonheur des nostalgiques des eighties.

Un pari monstrueusement risqué

Gremlins
© Fabio Rava CC BY-NC 2.0

 

C’est toujours compliqué de réadapter une licence. Tout particulièrement lorsque celle-ci se hisse au rang de film culte. En véritable classique de l’horreur, le film original (1984) a déjà eu sa suite en 1990. Cette fois, la Warner parle d’un préquel se situant avant les événements des deux premiers films, qui raconterait l’Origin story de ces charmantes créatures, charmantes tant qu’elles ne sont pas nourries avant minuit. Bien que potentiellement prometteur, c’est tout de même un pari hyper risqué lorsque l’on considère le succès mitigé des autres prequels de films cultes – inutile de rappeler la deuxième trilogie de Star Wars, largement décriée par les fans de la saga.

Le format de la série soulève des interrogations. Bien que le récent succès du film d’animation Spiderman : New Generation (récompensé d’un oscar) puisse rassurer sur l’avenir du genre, il pose toutefois la question du public. Une série d’animation entre humour décalé et horreur saura-t-elle trouver ses fans, et tracer son chemin dans l’univers déjà très encombré des séries? On l’espère. Mais au fait, pourquoi maintenant ?

Nostalgie ou simple coup de pub ?

The Gift of the Mogwai, Gremlins
© Ben Becker CC BY 2.0 Flickr

 

Faire revenir ces boules de poils meurtrières est pile dans l’ère du temps. Les remakes s’enchaînent en effet (Star Wars, Jumanji, Baywatch, District 10…), portés par ce qui semble être un élan de nostalgie collective. Ou peut-être n’est-ce qu’un astucieux calcul de Warner Bros : surfer sur la vague de popularité d’un film déjà culte anticipe le succès de sa future plateforme de streaming, prévue pour le 4e trimestre 2019… En compétition avec le géant Netflix et la très prochaine plateforme de Disney, Warner mise ainsi sur ce classique pour assurer sa visibilité. Il n’y a plus qu’à attendre, et prier pour échapper au massacre.