Les spectacles du mois de juin à Paris

Début juin, la vie est dure. Alors que tout le monde ressort ses sandalettes et exhibe ses premières rougeurs, il faut rivaliser d’ingéniosité pour attirer dans les salles. Et c’est donc au moment où se faire une petite pièce paraît le moins intuitif qu’on trouve au contraire une flopée de pépites. Une moto battle en parking souterrain. Harpagon avec un fusil de chasse. Du cirque généalogique. Le dieu du Flex… On continue ?

 

Radio Vinci Park

Homme sur une moto
© Erwan Fichou

 

Ah les parkings, paradis bétonnés sursaturés de caméras de surveillance et rythmés par une ironique petite musique d’ascenseur. Pourtant, il peut s’y passer des trucs beaucoup plus excitants qu’entre les fauteuils en velours d’un théâtre à l’italienne. La preuve avec ce numéro de charme de Théo Mercier (plasticien de génie dont on garde le souvenir ému d’une sculpture géante en spaghettis), où un motard masqué et un danseur travesti en “executive woman” vont faire crisser, frotter et rouler leurs mécaniques respectives au son du clavecin. Le tout dans un parking souterrain, évidemment, sinon ça marche pas.

La Villette
Parking Nord Cité des Sciences, 19e
Du 6 au 8 juin 2018

 

L’avare

Trois acteurs de la pièce de théâtre L'Avare
© Pascal Gély

 

Indémodable, cette radasse d’Harpagon revient sur scène, cette fois sous la houlette de Ludovic Lagarde, dans une version léchée ultra-moderne au décor minimaliste (pas de mobilier mais de gros containers). Au programme : des engueulades musclées, quelques claques et des menaces à coups de fusil. On connaît tous l’histoire de ce vieux pingre accroché à sa cassette de Louis d’or, mais difficile de s’en lasser tant la période pré-règlements de comptes entre amis à l’approche des vacances titille déjà la fibre radine qui sommeille en chacun de nous.

Odéon – Théâtre de l’Europe
Place de l’Odéon, 6e
Du 2 au 30 juin 2018

 

Parade(s) Festival des arts de la rue

Une belle salve de spectacles gratuits qui ne manquent pas de street cred’, c’est ce que propose cette année encore Parade(s), le festival des arts de la rue organisé par la ville de Nanterre. Au programme, du jonglage, du cirque acrobatique, des masques, du burlesque, de la danse… L’idéal reste d’y aller à l’aveuglette et de se laisser balloter de spectacle en spectacle. Mais pour les plus indécis dans la salle, on a quelques petites perles à recommander : les Kykyo Brothers (as du jonglage japonais), les Muses Tanguent et leurs détonnants mélanges musicaux, et La Volière du piano manège. Allez-y, c’est gratuit !

Ville de Nanterre
Nanterre
Du 1 au 3 juin 2018

 

Flexn

Les danseurs du spectacles Flexn
© Clémentine Crochet

 

Qu’on soit ou non aussi souple qu’un manche à balai trempé dans l’amidon, le Flex a de quoi impressionner. Bien plus qu’une danse de rue, nous avons là affaire à une véritable culture, née au début des années 1990 et inspirée du fameux bruk up jamaïcain. Pour rendre hommage à ce style injustement méconnu en France, la Villette invite Reggie Gray, inventeur du pausin et grand précurseur du flex sur la scène new-yorkaise. Dans ce spectacle conçu en collaboration avec Peter Sellars, 15 danseurs explorent les thèmes de l’amour et de la justice devant des sculptures lumineuses signées Ben Zamora, petits bijoux de précision et de sobriété.

La Villette
211 avenue Jean Jaurès, Paris 19e
Du 14 au 16 juin 2018

 

Tragedies romaines

Vue de la scène du spectacle
© Jan Versweyveld

 

Attention, ceci n’est point un péplum, mais le nouveau spectacle fleuve d’Ivo Van Hove, l’un des plus grands metteurs en scène vivants de notre petit Panthéon personnel. La dernière fois qu’on s’est laissé attraper, c’était pour Kings of War, il y a de ça deux ans. Cinq heures de saga politique explosive, une salle comble (et debout en fin de parcours). Cette fois-ci, notre Belge bien aimé s’empare de trois tragédies romaines de Shakespeare, à savoir Coriolan, Jules César, et bien sûr Antoine et Cléopâtre. Il faut voir ça au moins une fois dans sa vie. A réserver de toute urgence avant extinction des places.

Théâtre de Chaillot
Place du Trocadéro, Paris 16e
Du 29 juin au 5 juillet 2018

 

Reversible

Vue de la scène du spectacle Reversible
© Alexandre Galliez

 

On fête la fin de tournée française des Québécois unis comme les 7 doigts de la main à la Seine Musicale, avec une jauge de 2 000 places. Pour ceux qui n’ont hélas pas eu le temps d’aller voir Réversible, leur dernière création, aucune excuse ne sera donc tolérée. Et une fois n’est pas coutume dans le domaine du cirque, la narration tient ici sacrément la route, allant jusqu’à constituer la colonne vertébrale du spectacle (en sus de prouesses physiques renversantes, entendons-nous). Car c’est en revenant sur des pans entiers de l’histoire de leurs aïeux que chacun des acrobates se demande ce qui nous reste une fois que les générations précédentes se sont éteintes. Réponse en saut dans le vide !

La Seine Musicale
Ile Seguin, Boulogne-Billancourt
Du 5 au 10 juin 2018