Les meilleures expositions du mois de décembre

Dernier mois de la dernière année de la décennie. L’occasion de réviser les classiques à travers des expositions du mois de décembre mettant à l’honneur l’art dans ses formes les plus diverses.

Soulages au Louvre

Expositions du mois de décembre - Pierre Soulages
Pierre Soulages, Brou de noix, 48,2 x 63,4 cm, 1946. Papier. Rosez, Musée Soulages. Donation 2005.
© Archives Soulages © ADAGP, Paris 2019

S’il a déjà exposé à deux reprises dans le prestigieux musée parisien, il s’agit de la première exposition personnelle de Pierre Soulages au Louvre. Celle-ci rend compte chronologiquement du parcours de l’œuvre du peintre du noir et de la lumière, de 1946 à aujourd’hui. L’événement, situé au sein du prestigieux Salon Carré – entre la galerie d’Apollon et la Grande Galerie-, permet de découvrir de très grandes peintures récentes de l’artiste qui fête en ce mois de décembre son centième anniversaire.

Du 11 décembre 2019 au 9 mars 2020

Musée du Louvre
Rue de Rivoli, 1er arr.
Du lundi au dimanche, de 9h à 18h, le mercredi et le vendredi jusqu’à 22h, fermé le mardi.
15 € sur place – 17 € en ligne avec accès garanti en 30 minutes (Ticketlouvre.fr)

Huysmans, de Degas À Grünewald, sous le regard de Francesco Vezzoli

Expositions du mois de décembre - Henri Gervex
Henri Gervex (1852-1929), Rolla, 1878. Huile sur toile 176,2 x 221,3 cm
Bordeaux, Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, dépôt du Musée d’Orsay
Photo © RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Patrice Schmidt

 

Si le romancier y est évoqué, il est ici surtout question du chroniqueur et critique d’art. Joris-Karl Huysmans (1848-1907) entretenait une passion pour l’art et une partie de ses écrits y sont consacrés. Degas, Manet, Gustave Moreau, Odile Redon… le parcours invite le public à s’imprégner de la vision de Huysmans, laquelle par sa virulence et sa lucidité pouvait frapper ou scandaliser ses contemporains. L’artiste italien Francesco Vezzoli s’est associé aux commissaires de l’exposition pour imaginer trois espaces dans lesquels s’intègrent certaines de ses productions, tels des échos à l’univers esthétique de Huysmans.

Du 26 novembre 2019 au 1er mars 2020

Musée d’Orsay
1 rue de la Légion d’Honneur, 7e
Du mardi au dimanche de 9h30 à 18h, le jeudi jusqu’à 21h45, fermé le lundi.
Le musée est fermé le mardi 25 décembre 2019.

Plein tarif : 14 € / tarif réduit : 11 €

Giacometti/Sade, Cruels objets du désir

Expositions du mois de décembre - Sade
Man Ray Lili tenant l’Objet désagréable, 1931. Photo Man Ray © Man Ray Trust Adagp 2019.

« Attraction amour meurtre antrop[ophagie] étapes du même désir », écrivait Alberto Giacometti dans un carnet. Des notes, dessins, photographies d’œuvres disparues et surtout une série de sculptures à découvrir dans l’exposition qui met en lumière l’influence de Sade sur l’œuvre de l’artiste surréaliste. Réalisée dans les années 1930, ces « objets à fonctionnement symbolique » sont traversés par l’imaginaire d’un érotisme violent. L’occasion également de replacer, à travers une série d’archives, le rôle des surréalistes, tels qu’Éluard, Breton ou Apollinaire, dans la réhabilitation du célèbre marquis.

Du 21 novembre 2019 au 9 février 2020

Institut Giacometti
5 Rue Victor Schoelcher, 14e
Du mardi au dimanche, de 10h à 18.h. Fermé le lundi.
Plein tarif : 8,5 € / Tarifs réduit : 5 € et 3 €

Pierre et Gilles, La Fabrique des Idoles

Expositions du mois de décembre - Pierre et Gilles
Les Deux Marins – Autoportrait, 1993. Collection Museum of Fine Arts, Houston, USA © Pierre et Gilles

 

Depuis plus de 40 ans, Pierre et Gilles, photographe et peintre, développent une œuvre hybride dans laquelle l’art du portrait occupe une place centrale. Jeunes inconnus ou stars internationales, de nombreux musiciens se sont prêtés au jeu. En reprenant les codes de l’art classique, l’œuvre du  duo participe à la sacralisation du profane et à la création de nouvelles idoles. Au fil du temps, une assemblée musicale iconoclaste est née allant d’Étienne Daho à Stromae, de Sheila à Eddy de Pretto ou Clara Luciani, de Sylvie Vartan à Nina Hagen… L’exposition explore le rapport qui lie les deux artistes à la musique. Accompagnée d’une playlist, elle présente également aux visiteurs des documents et installations issus de leur atelier.

Du 20 novembre 2019 au 23 février 2020

Musée de la musique
Cité de la musique – Philharmonie de Paris
221 avenue Jean-Jaurès, 19e
Du mardi au vendredi, de 12h à 18h – Samedi, de 20h à 20h – Dimanche, de 10h à 18h. Fermé le lundi.
Tarif : 9 €