Les Minions nous font rire jaune

Ils sont Minions, Minions, Minions, et ils sont le phénomène du moment ! Avant la sortie du film entièrement dédié à leur gloire ce mercredi, nous avons rencontré son réalisateur Pierre Coffin au Festival du film d’animation d’Annecy, où les Minions ont mis le feu au lac !

Au début il n’y avait rien, pas un moche, pas un méchant, pas un Minion, rien ! Et puis, des scénaristes et un producteur américain sont venus s’associer à un studio d’animation français, Illumination Mac Guff, avec le projet Moi, moche et méchant. Une belle idée, un producteur motivé, l’inventif réalisateur d’animation Pierre Coffin déjà primé à Annecy, il n’en fallait pas plus pour lancer la machine. Résultat, un succès fracassant pour le personnage de Gru, mais également pour une drôle de bande de Tom Pouce. Malgré leur petite taille, ils ne tardèrent pas à se faire remarquer, comme l’explique Pierre Coffin : « C’est apparu très vite, dès la première scène. Gru entrait et appelait les Minions par leur prénoms. Le rapport de taille, de couleur, le décalage apporté par ce type qui se veut méchant et qui est servi par des petites créatures qui n’arrêtent pas de se planter, tout cela fonctionnait très bien. On s’est dit que c’était vachement rigolo et qu’il fallait les faire intervenir un peu plus. ». Le succès n’a pas tardé, avec un carton au box-office international et une véritable percée dans la culture populaire. Comme en témoignait la horde de fans qui a suivi le carrosse des Minions lors de l’avant-première du film à Annecy.

Qui veut gagner des Minions ?

Avec un tel concentré de talents aussi comiques qu’attendrissants, les Minions ne pouvaient que se voir attribuer leur propre film. Une entreprise délicate à cause de leur charabia : « On s’est dit qu’il fallait qu’on fasse une histoire relativement simple, et qu’on évite de les faire parler sans arrêt, explique leur créateur. Une heure et demie de ce langage-là, ça aurait été insupportable. » Après plusieurs essais, avec des séquences trop hystériques pour être viables, le film trouve son équilibre. Les Minions sont désormais prêts à envahir nos écrans… et, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, nos boîtes de corn-flakes, nos cartables, nos T-shirts, nos bonbons rafraîchissants et même nos jus de fruits. Une invasion de petits monstres jaunes qui effraye même leur réalisateur : « Je ne devrais pas dire ça, mais je pense qu’on en fait trop et que ça dessert le film. J’ai l’impression qu’il tient la route et qu’il n’a pas besoin de tout ça. Ça fait presque l’effet inverse, cette exhortation à aller voir le film. Ça devient super louche. » Mais que Monsieur Coffin se rassure, nous, on a vu le film et on y croit. Et heureusement, car une fois celui-ci sorti, il y a de fortes chances pour qu’on n’en ait pas encore fini avec les Minions : « Là, je fais Moi, moche et méchant 3. J’avais plutôt envie de faire autre chose, mais les scénaristes ont trouvé une super idée qui m’inspire. Alors ce sera le dernier. Juré ! » C’est t’y pas Minions !

Les Minions de Pierre Coffin et Kyle Balda, avec les voix de Sandra Bullock et Michael Keaton en VO, et de Marion Cotillard et Guillaume Canet en VF. Animation. Sortie le 8 juillet. Pour tout savoir sur le Festival international du film d’animation d’Annecy : www.annecy.org.