Les plus beaux cabinets de curiosités de Paris

Inlassablement à la recherche de nouveautés, le Parisien devrait sans nul doute satisfaire sa soif de curiosité et étendre son imaginaire, en allant contempler les nombreux cabinets de curiosités qu’offrent Paris.

Nés en Europe à la Renaissance, les cabinets de curiosités sont des trouvailles stupéfiantes et incongrues dénichées lors de pérégrinations, que les élites aimaient exposer dans leurs salons privés pour impressionner leurs invités et partager, dans une quête de savoir, les diverses richesses du monde. Classifiés dans les catégories naturalia (créatures et objets naturels), artificiala (objets créés ou modifiés par l’Homme), exotica (plantes et animaux exotiques) ou scientifica (instruments scientifiques), les cabinets de curiosités retrouvent de leur superbe depuis quelques années. Un renouveau inattendu qui devrait ravir les Parisiens, pouvant ainsi s’offrir un élégant voyage visuel dans l’insolite, parfois doté d’une certaine touche de fantastique ou d’humour selon les mises en scène. A Nous Paris a concocté une liste subjective de cinq cabinets de curiosités. Ouvrez l’œil et soyez curieux !  

 

Le mur d’André Breton

cabinet de curiosité andré breton
© Portrait d’André Breton ©Renaud Camus CC BY 2.0

 

De 1922 à 1966, André Breton a compilé sur le mur de son atelier parisien pas moins de 260 objets en tous genres, tels que des masques océaniens, une amulette égyptienne, un os de baleine ou une peinture de Miro. Situé dans la collection permanente du Centre Pompidou, le mur reconstitué permet de mieux appréhender l’univers du chef de file des surréalistes, en contemplant son espace de rêverie.


Centre Pompidou
Place Georges-Pompidou, 4e

 

L’atelier de Maissa Toulet

L'atelier de Maissa Toulet figurant dans notre liste des cabinets de curiosités parisiens
© Maissa Toulet

 

Cabinet de sorcellerie, autels lumineux, arbres généalogiques et étranges momies, l’artiste Maissa Toulet excelle dans la création et l’assemblage d’objets plus fascinants les uns que les autres. Au fond d’une cour intérieure dans le 11e arrondissement de Paris, son atelier s’ouvre aux visiteurs piqués par la curiosité, à condition d’établir en amont un contact via son site web et s’accorder sur un rendez-vous. A vos belles plumes ! 


L’atelier de Maissa Toulet
89 rue de Charonne, 11e

 

Le cabinet de curiosités des Batignolles

devanture du cabinet de curiosités des Batignolles
© photo Arie Botbol

 

Xavier Chardeau, ancien professeur d’histoire de l’art, part encore et toujours à la recherche de la pépite en chinant dans les brocantes et sur la toile. Ses nombreuses découvertes sont exposées dans sa boutique de décoration faisant également office de dépôt-vente. Pénétrer dans son antre est une promesse d’un fascinant voyage dans le temps, toutes époques confondues.


Le cabinet de curiosités des Batignolles
25, rue de la Condamine, 17e

 

L’Objet qui parle

devanture du cabinet de curiosité l'Objet qui parle
© Objet qui parle

 

Une véritable caverne d’Ali Baba se niche au cœur du 18ème arrondissement de Paris. L’Objet qui parle est une de ces rares boutiques où on ne sait plus où donner de la tête tant le regard est happé par de multiples merveilles. Luminaires rétro, affiches du vieux Paris, quincaillerie… Tout un bric-à-brac s’amoncelle du sol au plafond pour notre plus grand bonheur.


L’Objet qui parle
86, rue des Martyrs, 18e

 

Deyrolle

cabinet de curiosité Deyrolles
Deyrolle © Marc Dantan

 

L’adresse incontournable du 46 rue du Bac invite, depuis 1831, à côtoyer des animaux, insectes et coquillages peuplant le premier étage de Deyrolle. Cet étonnant cabinet de curiosités, digne d’un musée d’histoire naturelle, permet également de se familiariser avec la taxidermie et l’entomologie (l’étude des insectes), dans un décor joliment désuet où le plancher en bois craque et où les étiquettes de classification sont encore rédigées à l’encre.


Deyrolle
46, rue du Bac