Les sorties ciné de la semaine du 12 décembre

Quels sont les films à voir cette semaine ? Retrouvez notre sélection non-exhaustive des sorties ciné à ne pas manquer.

Une affaire de famille : drame

Système de notation des films de la semaine

De Hirokazu Kore-eda, avec Lily Franky et Sakura Andô. Durée : 2h01.

Au Japon, chez Osamu, le père ouvrier complète ses maigres revenus par de menus larcins avec son fils, tandis que la grande fille fait du strip-tease et que la mère recueille une gamine des rues. Et c’est la grand-mère, enfin, qui sous-loue sa maison à cette famille plutôt bancale, mais attachante. Jusqu’au moment où tout bascule et les secrets se révèlent. Si la manière de faire se télescoper la comédie et le drame paraît ici quelque peu artificielle, le charme est là, bien distillé par Kore-eda (Nobody Knows), qui s’est vu attribuer la Palme d’or par le jury du dernier festival de Cannes. Peut-être pas la plus fulgurante cinématographiquement parlant, mais à la hauteur question émotion._

 

Nous, les coyotes : comédie dramatique

Système de notation des films de la semaine

D’Hanna Ladoul et Marco La Via, avec Morgan Saylor et McCaul Lombardi. Durée : 1 h 27.

Ils sont jeunes, ils s’aiment, alors pourquoi ne pas en profiter pour tenter leur chance à Los Angeles ? Seulement voilà, partis de rien, ils arrivent à pas grand-chose, et de faux plans en couches de fortune, ils se heurtent à la dure réalité de la cité des Anges. Ce vrai conte de fées inversé donc, mais moderne et tourné avec fougue, porte un regard juste sur une Amérique plus prompte à briser les les rêves qu’à les réaliser._

 

Pachamama : animation

Système de notation des films de la semaine

De Juan Antin, avec les voix d’Andrea Santamaria et India Coenen. Durée : 1 h 12.

Jeune Inca des Andes, Tepulpaï vit heureux dans son village protégé par la déesse-terre Pachamama. Mais un jour, un grand Inca de Cuzco réquisitionne le totem du village, alors qu’en mer les conquistadors menacent. Commence alors une aventure au graphisme certes éloigné des Mystérieuses Cités d’or (ici plus poétique), mais qui s’appuie sur les mêmes trésors culturels. Un beau film sur le pays des Incas, leur histoire et leurs croyances, animé avec finesse et spiritualité._

 

Utøya, 22 juillet : drame

Système de notation des films de la semaine

D’Erik Poppe, avec Andrea Berntzen et Sorosh Sadat. Durée : 1 h 33.

22 juillet 2011, Utøya, une petite île à 40 km d’Oslo. Kaja participe avec ses camarades à un rassemblement de jeunes du Parti travailliste. Des coups de feu retentissent. Paniqués, Kaja et ses amis tentent de fuir ce tireur invisible, le tristement célèbre Anders Breivik, qui assassinera 77 personnes sur l’île. C’est ce massacre innommable que le réalisateur Erik Poppe raconte aujourd’hui, en faisant le choix de filmer entièrement en plan-séquence, en temps réel et du seul point de vue de la jeune fille. Au-delà de la prouesse cinématographique, une expérience immersive intense, où l’intime et l’angoisse prennent le pas sur le spectaculaire pour restituer toute la puissance psychologique du drame._

 

Rémi sans famille : drame

Système de notation des films de la semaine

D’Antoine Blossier, avec Daniel Auteuil et Maleaume Paquin. Durée : 1 h 49.

Orphelin élevé par une famille de paysans sans le sou, Rémi est vendu à Vitalis (Daniel Auteuil), un saltimbanque avec lequel il finira par nouer une belle amitié. Cette histoire que les plus de 20 ans connaissent à travers la série animée du même nom revient donc sur grand écran avec – on ne va pas se mentir – une bonne dose de mélo, mais aussi le souffle d’une belle aventure._