Les temps forts du Festival Séquence Danse au Centquatre

Voici le printemps et la 7e édition du festival Séquence Danse du 13 mars au 21 avril 2019. Au fil des années, Séquence Danse est devenu un rendez-vous incontournable pour l’art chorégraphique dans toute sa diversité. Une cartographie de ce qui se fait de mieux en France et ailleurs. Un tour d’horizon de la danse contemporaine aux danses et cultures urbaines (hip-hop, krump) sans oublier la performance et les arts visuels qui investissent de plus en plus le champ chorégraphique et s’imposent dans le paysage. Voici les temps forts de cette programmation riche qui réunit cette année une vingtaine de pièces très éclectiques.

De Kaori Ito à Olivier Dubois : les artistes associés au Centquatre à l’honneur de cette édition de Séquence Danse

Augusto dans le festival séquence danse
Augusto d’Alessandro Sciarroni. Photo Alice Brazzit

 

Les initiés et les programmateurs (de plus en plus nombreux et à l’affût de nouveautés renversantes) reconnaîtront au premier coup d’œil les noms des chorégraphes les plus prisés du moment : Angelin  Preljocaj qui présentera deux nouvelles pièces Ghost et Still Life,  Kaori Ito, Olivier Dubois ou encore Alessandro Sciarroni. Ils frétilleront de curiosité mêlée d’excitation rien qu’à la lecture de ces noms et s’empresseront de venir découvrir leurs dernières créations.

Du 21 au 24 mars 2019, la chorégraphe et interprète japonaise Kaori Ito, nouvellement associée au Centquatre, présentera Is it worth to save us ? un duo inédit avec le danseur Miraï Moriyama dans le cadre de la saison JaponismesToujours très philosophique comme l’ensemble de son travail, cette nouvelle proposition signée Kaori Ito poussera les spectateurs à réfléchir à notre appartenance au monde.

Autre pièce très attendue de cette 7e édition de Séquence Danse : Tropismes d’Olivier Dubois, lui aussi artiste associé au Centquatre. Cette dernière sera présentée du 29 mars au 1e avril 2019. Cette nouvelle création est conçue comme le troisième volet venant conclure le cycle autour de la Divine Comédie initié par le chorégraphe avec deux autres pièces, Les Mémoires d’un seigneur et 7 x rien. Une nouvelle pièce extrême et électrisante en perspective où le corps des huit danseurs interprètes ne fera plus qu’un. Ce corps collectif sera mis à rude épreuve pendant un marathon chorégraphique de plus de deux heures.

Avec Théo Mercier ou Josef Nadj : les arts visuels s’invitent dans la danse…

Affordable Solution for Better Living présenté à Séquence Danse
Affordable Solution for Better Living de Théo Mercier et Steven Michel. Photo Erwan Fichou

 

Tendance récente qui se confirme dans cette édition de Séquence Danse : la place prépondérante des arts visuels. Et cela dans les pièces chorégraphiques qui se regardent de plus en plus comme des œuvres d’art contemporain à l’esthétique de plus en plus léchée et connectée numériquement – à l’image de Jidust de Smail Kanouté et Antonin Fourneau.

Avec la complicité du danseur et chorégraphe Steven Michel, le plasticien Théo Mercier a conçu Affordable Solution for Better Living, une oeuvre hybride entre danse, performance et arts visuels. Silhouette anatomique en mouvement écorché mis en scène par ce duo qui déambule dans un décor qui est son lieu de vie et s’interroge sur cet intérieur hostile. A voir les 5 et 6 avril.

Josef Nadj est quant à lui un artiste polyvalent et poly-talents, à la frontière des disciplines. Il est aussi bien plasticien, photographe que chorégraphe. Aussi à l’aise dans tous ses langages, il en résulte Mnémosygne, une oeuvre plastique dansée à admirer et expérimenter du 16 au 21 avril 2019.

Encore une très belle édition qui tient ses promesses en terme de qualité et de diversité des propositions chorégraphiques ! Les grands noms de la danse contemporaine côtoient ceux d’une nouvelle génération en train d’écrire leur pan de l’Histoire de la danse. Et malgré tous ces bons arguments, il se peut que vous vous sentiez encore trop frileux pour vous lancer dans l’aventure de la danse contemporaine comme spectateur. Dans ce cas, on peut toujours s’initier en douceur et en accès libre grâce à des films (Les Indes Galantes de Clément Cogitore), des sessions participatives de training qui accueillent les débutants ou à l’indémodable Bal Pop qui vous fera danser malgré vous et frétiller vos petites épaules engourdies.

Suivons le précepte de la grande prêtresse de la danse contemporaine qui nous a quitté il y a 10 ans : « Dansons Dansons sinon nous sommes perdus »  proclamait Pina Bausch.

Le Centquatre

Toute la programmation du festival ici 

Remportez des places pour le spectacle Augusto au festival Séquence Danse