L’Éveil du chameau

Mickaël, responsable d’une ONG caritative, et Maryse travaillant aux espaces verts de Paris se déchirent autour d’un enfant qui n’est pas le leur.

Mickaël, responsable d’une ONG caritative, et Maryse travaillant aux espaces verts de Paris se déchirent autour d’un enfant qui n’est pas le leur. Son fils (à lui) s’est fait la malle après avoir fait un enfant à sa fille (à elle). Outrée, Maryse veut contraindre Mickaël à jouer son rôle de père en incitant son fiston à assumer le sien. Problème : Mickaël n’a jamais reconnu ce fils (un pur accident) et n’a aucune intention de le ramener à la raison. – Vous suivez ou on vous file un Aspégic ?Avec son écriture drôle et buissonnière, sa manière d’oser de nouveaux territoires imaginaires et un casting alléchant, Murielle Magellan ne manquait pas d’atouts pour porter son texte à la scène. Alors certes, la caractérisation des personnages est un brin surlignée (homme macho-intransigeant, femme hystérique et pot de colle), mais qu’importe puisque ça prend. D’abord parce que l’histoire mêle deux niveaux de narration subtilement concomitants : superficiellement, elle confronte deux visions du monde (lui est dans la sensualité, l’instinct et l’égoïsme, elle, dans le contrôle, les principes, la droiture) ; souterrainement, l’irrationnel s’insinue et le spectacle devient tout autre. Ensuite parce que l’auteure rebooste le logiciel usé de la comédie sentimentale avec un  personnage inattendu : une autre femme (Valérie Decobert, tout en justesse). Entre personnages volcaniques, mise en scène et direction d’acteurs soigneusement tempérées (Anouche Setbon), l’affrontement entre ces deux forces vives  trouve son bel équilibre dans un décor de bureau-salon (avec bouteilles de limonade, pizzas, piles de dossiers) et des costumes signés Oria Puppo. Craquante, gracile comme la brise, Barbara Schulz traverse le spectacle avec son sourire lumineux et ses yeux étonnés. Mais le meilleur reste Pascal Elbé : aisance cash et comique scalpel, il fait merveille sur les planches, le chameau !