L’histoire de la ligne 13 du métro parisien

La société Nord-Sud est autorisée par la ville de Paris à construire des lignes de métro dès 1901. La CMP (ancienne RATP) voit la concurrence d’un très mauvais œil. Malgré cela, trois lignes seront construites : la ligne A (de Porte de La Chapelle à Porte de Versailles), la ligne B (Saint-Lazare / Porte de Saint-Ouen et Porte de Clichy), et la ligne C (Montparnasse / Porte de Vanves). En résumé, il s’agit de la ligne 12 et d’une partie de la ligne 13.

 

La station Saint-Lazare

rotonde de la gare Saint Lazare
© La Tête en L’Air

 

Appelée autrefois la « salle des pas perdus », la rotonde de Saint-Lazare est un passage incontournable des usagers. Édifiée en 1912 par la compagnie Nord-Sud pour relier ses lignes A et B, la rotonde possédait en son centre un guichet de vente, aujourd’hui disparu. Les voûtes de cette étonnante salle circulaire repose sur 8 piliers ornés de céramiques aux motifs végétaux. Lors de l’inauguration de la ligne A, un banquet est organisé dans la rotonde par les dirigeants de la compagnie. Rénovée en 2004, la salle a retrouvé sa beauté d’antan. Avec ses 40 millions de voyageurs pas an, la station Saint-Lazare est aujourd’hui la deuxième plus fréquentée du réseau après gare du Nord.

 

La station Varenne

quai de la station Varenne
© La Tête en L’Air

 

La station Varenne tire son nom de la rue du même nom. Point de rendez-vous des hauts fonctionnaires depuis l’installation de la présidence du Conseil à l’hôtel de Matignon en 1935, la station est pourtant fermée pendant la Seconde Guerre mondiale. Le gouvernement ayant migré à Vichy, les hôtels particuliers sont abandonnés et la station est désertée. Comme 84 autres stations, Varenne est victime du plan gouvernemental de réduction du trafic métropolitain mis en place en 1939. Elle ne rouvre qu’en 1962. On peut y admirer deux sculptures d’Auguste Rodin (le célèbre Penseur et une statue d’Honoré de Balzac), positionnées ici en raison de la proximité de la station avec le musée du sculpteur.

 

La station Liège

Station Liège sur la ligne 13
© La Tête en L’Air

 

Baptisée Berlin lors de son inauguration, elle change de nom trois ans plus tard lorsque la Première Guerre mondiale éclate. Elle est renommée en hommage à la cité belge qui résista aux assauts allemands. Dans le cadre d’un partenariat avec la ville de Liège, la RATP invite deux artistes liégeois, Daniel Hicter et Marie-Claire Van Vuchelen, à réaliser 18 vues des principaux monuments et paysages de la ville. Intégralement conçues en carreaux de céramique (au nombre de 6576), les vues du quai direction nord sont dans les tons bleus, tandis que celles du quai direction sud sont dans les tons marrons. Comme à la station Sèvres-Babylone, le bureau du chef de station est encore présent sur le quai.

 

Station Trinité : des affiches des années 50 retrouvées