Lieu d’art : On a visité La Fab d’Agnès B.

Le 13ème arrondissement accueille depuis le 2 février 2020 un tout nouveau lieu d’art contemporain : La Fab, ouverte par la créatrice et mécène Agnès B. On vous raconte tout ! 

 

Vue de la façade de La Fab. © Rebecca Fanuele.

 

Infiniment plus discrète que le mastodonte Pinault qui ouvrira prochainement sa fondation dans l’ancienne Bourse du Commerce, l’admirable Agnès B. (et son obsession bienheureuse de produire ses vêtements sur le sol français) a développé depuis de nombreuses années un goût certain pour l’art contemporain, qu’elle soutient en multipliant les collaborations, mais aussi en collectionnant les artistes actuels.

Par le passé, les Parisiens ont pu découvrir une partie de sa collection au sein de l’exposition Vivre !! au Musée national de l’histoire de l’immigration en 2016-2017, et certains des artistes qu’elle affectionne entre les murs de sa belle galerie du Jour, ouverte depuis 1984 et installée depuis 1997 dans la rue Quincampoix. Celle-ci a suivi le mouvement, et se trouve désormais au premier étage de La Fab.

 

Vue de l’exposition de La hardiesse dans la collection. © Rebecca Fanuele. La Fab. / collection agnès b., 2020.

 

Rendez-vous est donc donné à deux pas de la grande Bibliothèque nationale de France, au rez-de-chaussée d’un immeuble de logements signé par l’architecte Augustin Rosenstiehl (de l’agence SOA architectes). Rythmée de lignes verticales en bois, sa façade sans prétention s’étire en longueur et laisse deviner l’ampleur de l’espace. On entre, et déjà, le charme agit. Il y a cette belle librairie, aux choix parfaits (Édouard Glissant, Francesca Woodman…). Puis, la billetterie, aux prix plutôt réjouissants (7 euros en tarif plein, 4 en tarif réduit). Et enfin, la collection.

Elle se répartit sur la longueur du rez-de-chaussée et du premier étage, et emprunte pour ce premier accrochage le thème de la hardiesse. Un bouquet de lys particulièrement odorant nous accueille, puis on sourit au visage de Jean-Michel Basquiat (qui donne son nom à la place sur laquelle donne La Fab !), photographié par Louis Jammes en 1988, infiniment libre.

 

Vue de l’exposition de La hardiesse dans la collection.© Rebecca Fanuele. La Fab. / collection agnès b., 2020.

 

On croise ensuite une étude du Centre Pompidou signée Renzo Piano, des portraits au Polaroïd d’Andy Warhol, une peinture d’Alexander Calder, une voiture enveloppée de collants comme prise dans une toile d’araignée de Madeleine Berkhemer… Puis des tirages rares de Martin Parr, des images de Muhammad Ali boxant dans l’eau signé Flip Schulke, une étrange sirène alanguie d’Adrien Beau, une photographie de boîte de nuit de Massimo Vitali, un dessin de Man Ray

En deux mots comme en cent, une sélection poétique d’images inattendues, à l’accrochage impeccable. Qui dit toute la finesse d’une collection hors normes. À voir.

La Fab
Place Jean-Michel Basquiat 75013 Paris
Ouvert du mardi au samedi, 11h – 19h
Plein tarif : 7 €
Tarif réduit : 4 €
Gratuité : moins de 13 ans, personnes en situation de handicap et accompagnateur, demandeurs d’emploi et bénéficiaires de minimas sociaux, bénéficiaires du minimum vieillesse, salariés de la marque CMC, amis d’agnès b., détenteurs de la carte ICOM, sur présentation d’un justificatif.