Ces lieux alternatifs où l’art est vivant

Le saviez-vous : avec un chouïa de culot, il vous suffit d’oser pour passer la porte de l’école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, et entrer dans les ateliers des étudiants, les yeux attentifs et l’oreille à l’écoute. Personne ne vous arrêtera ! Et certains artistes en herbe bavarderont même avec plaisir avec vous. On n’ira toutefois pas trop les déranger en plein travail, pour nous concentrer sur les lieux où les artistes professionnels s’organisent, en dehors des institutions, pour faire vivre l’art. La preuve en 5 lieux alternatifs.

 

Le 6B à Saint-Denis

© Le 6B

 

C’est sans doute le lieu de création le plus célèbre d’Île-de-France : le 6B accueille des artistes en résidence, organise des expositions, des cours de sport, des performances, des soirées, des concerts, des marchés de créateurs. En été, il se complète d’une vraie/fausse plage où les Parigots pas très bronzés viennent faire la sieste au soleil. Ouvert en 2010, le 6B a su se faire une place singulière au sein d’un territoire éloigné des galeries snobs du centre de Paris, tissant des liens avec les locaux – avec des actions culturelles de proximité, des expositions gratuites et une atmosphère amicale, et en attirant les amateurs d’art les plus exigeants. Pour les artistes, le spot est parfait : 170 ateliers sont loués à prix bas, et quelques espaces communs de création et de diffusion fournissent des conditions de travail correctes. Ainsi, musiciens, architectes, performeurs, danseurs et travailleurs sociaux se retrouvent sous le même toit, voisins d’ateliers et tous collaborateurs d’un projet magnifique : le Grand Paris culturel.


Le 6B
6-10 Quai de Seine, 93200 Saint-Denis

 

Le Shakirail à Paris 18ème

© Le Shakirail

 

On s’est aujourd’hui habitué aux sites SNCF transformés de façon provisoire en friches culturelles. Mais le Shakirail est le pionnier du genre – sans compter sa durée de vie exceptionnelle et sa liberté d’action, différentes de celles des grosses machines comme Ground Control. Ouvert en 2011 grâce à la volonté du collectif d’artistes Curry Vavart, le Shakirail a converti un ancien vestiaire et un ancien centre de formation de la SNCF en espace pluridisciplinaire : deux salles de répétition, une salle de musique et trois ateliers partagés. On y travaille donc, mais le grand public peut surtout venir y voir des expositions, assister à des projections, participer à des rencontres. En été, au bord des rails et isolé de l’agitation du quartier Marx Dormoy voisin, le lieu prend une allure particulièrement utopique.


Le Shakirail
72 rue Riquet, 18e

 

Chez Kit à Pantin

© Chez Kit

 

Chez Kit est un artist-run space, autrement dit un lieu autogéré par les artistes qui l’occupent. Ouvert dans un espace de 200 mètres carrés en 2014 à Pantin, il a été créé par trois anciens étudiants de l’école des Beaux-Arts de Paris en mal d’espace de travail. Résultat : Chez Kit accueille en continu 12 artistes aux pratiques bien différentes, comme le peintre Bruno Vanderaert ou la plasticienne Clémence Fonquernie. Les résidents doivent, tous les trois mois, laisser place à des événements qui ouvrent Chez Kit au grand public : expositions, conférences, projections et performances.


Chez Kit
17 rue du Chemin de Fer, 93500 Pantin

 

La Villa Belleville à Paris 20ème

© Villa Belleville

 

La Villa Belleville répond à un besoin crucial chez les jeunes artistes : trouver un espace de travail (et de socialisation, pour pouvoir recevoir collectionneurs et galeristes dans un cadre professionnel) et avoir à portée de main différents outils complexes – avec l’aide de spécialistes de la sculpture ou de l’impression. Ici, pour une durée de maximum six mois, les artistes peuvent travailler au sein d’ateliers de sérigraphie, de gravure, de moulage, de bois et d’édition, organiser un shooting photo… Aussi, la Villa Belleville accueille des ateliers pour les scolaires du quartier et propose des expositions gratuites des artistes résidents. Organisés autour d’une charmante allée verdoyante, les ateliers ouvrent parfois leurs portes au grand public, qui ne peut que jalouser cet exceptionnel cadre de travail.


Villa Belleville
23 rue Rampeneau, 20e

 

Wonder/Liebert à Bagnolet

Salim Santa Lucia © Wonder/Liebert

 

Situé au bord du périph’ côté Bagnolet, le Wonder/Liebert est sans aucun doute le lieu le plus excitant de cette liste – certes non-exhaustive. Cinq étages d’ateliers d’artistes et de création, et de studios d’enregistrement, avec un restaurant associatif, une radio et un salon de tatouage. Au programme : des soirées mémorables, des expositions, des sessions gastronomiques à faire saliver les plus exigeants d’entre nous (la fameuse « Cuisine sauvage« ), des rencontres, des concerts… À surveiller de (très) près !


Wonder/Liebert
124 avenue Gallieni, 93170 Bagnolet