L’Ombre des femmes

Pierre (Stanislas Merhar) aime Manon (Clotilde Courau). Il vit avec elle, galère avec elle, fait des documentaires avec elle.

Drame romantique

De Philippe Garrel, avec Stanislas Merhar, Clotilde Courau, et Lena Paugam. Durée : 1h13.

Note : 4

Seulement voilà, un jour, il rencontre Élisabeth, une belle stagiaire. Naît alors entre eux une liaison adultérine aussi simple que complexe, bientôt encore plus compliquée par le fait que Manon ait aussi un amant. Bref, une histoire d’amour à choix multiples où les couples se font et ont du mal à se défaire dans une ronde filmée en noir et blanc par Philippe Garrel. Revenant à son thème favori, l’amour et ses détours, le cinéaste de la Nouvelle Vague des Amants réguliers, Le Vent de la nuit, ou La Naissance de l’amour ne révolutionne certes pas le genre, mais explore ce couple et ses liens amoureux avec intelligence et délicatesse, dans un style moins hermétique qu’à l’accoutumée qui parvient à nous charmer.