A.Voir

MAIF social club : une expo qui donne Champs libres

Jusqu’au 18 juillet, le MAIF social club accueille entre ses murs l’exposition Champs Libres. Un parcours d’œuvres qui nous invitent à penser autrement notre rapport au monde et à sa vulnérabilité. Quatorze artistes de 10 nationalités présentent leur vision de notre planète fragilisée : un terrarium de végétaux en danger, un bar de plage élaboré à partir de déchets, des sacs en plastique éternels… Une expo à fouler de plain-pied. 

Une expo immersive autour de la transition écologique

Champs Libres propose aux visiteurs de déambuler au cœur des propositions de 14 artistes parmi lesquels la Brésilienne Janaina Mello Landini, la Française Suzanne Husky ou encore les Finlandais Timo Aho et Pekka Niittyvirta. Des œuvres à toucher, à sentir et même à planter. »Champs libres est une invitation à un voyage sensoriel au sein d’une forêt ouvrant sur une clairière baignée de lumière, dans laquelle chacun est incité à prendre une pause, ressentir, échanger.« 

Vaughn Bell,Village Vert, 20193 terrariums en altuglass, plantes, terre Photo © Edouard Richard / MAIF

La carte et le territoire

Pour cette nouvelle exposition au cœur de la thématique « Transition », la commissaire Julie Sicaut Maillé et la scénographe Isabelle Daëron ont croisé plusieurs écosystèmes pour former différents parcours. Des fils conducteurs dessinés au sol et à ressentir à fleur de peau. Car pour pouvoir circuler dans Champs Libres, vous devrez vous déchausser ! Le tapis duveteux qui s’étire devant vous n’a pas seulement pour mission d’être décoratif. Il vous guide parmi les cinq parcours qui articulent l’expo : aquatique, minéral, urbain, aérien ou végétal.

Olga Kisseleva, Lips of Tree, 2020 Terrarium, plantes, capteurs, écrans, matériaux divers  Photo © Edouard Richard / MAIF

 

Ainsi, « Lips of Tree », le terrarium en trois parties d’Olga Kisseleva qui fait communiquer des plantes d’un bout à l’autre de la planète, de la France au Brésil, convoque le végétal et l’aquatique. « Lips of Tree est une sélection d’une trentaine de plantes qui ont particulièrement souffert pendant les feux de forêt en Amazonie. Nous les avons rapporté de là-bas et recrée les quelques centimètres carrés de la forêt, à trois niveaux : la forêt inondée, humide et la canopée. À travers cette expérience, nous étudions la façon dont les plantes arrivent à s’adapter et à surmonter les situations difficiles dans lesquels les humains les ont mis  » explique l’artiste russe Olga Kisseleva.

Laurent Tixador, Le Bar de la Plage, 2019 Installation Photo © Edouard Richard / MAIF

 

De l’autre côté du parcours, au bord de la mer, Laurent Tixador a, quant à lui, récupéré plusieurs centaines de kilos d’objets plastiques pour édifier le bar de la plage. Une joyeuse architecture pourtant élaborée à partir de résidus de bouteilles d’eau, de sacs plastiques et de pailles.

Autour de l’expo

En parallèle de l’exposition, le MAIF social club déploie une programmation riche en ateliers, débats et rencontres, pour tous les âges. Création d’une barrette en plumes, initiation à la marqueterie de paille, visite gustative…


MAIF Social Club
37 rue de Turenne, 3e
Ouvert le lundi et samedi, de 10h à 19h. Du mardi au vendredi, de 10h à 20h30. Le jeudi, de 10h à 22h. 
Entrée libre 

Champs Libres, jusqu’au 18 juillet 2020