Méditations arty sur le numérique au Collège des Bernadins

La sacristie du Collège des Bernardins, édifice exceptionnel du XIIIe siècle, offre une carte blanche à Lyes Hammadouche afin de mettre en scène sa nouvelle exposition : Tout est parti d’une colonne.

Ancien lieu d’étude et de recherche, le collège a traversé les siècles avant de devenir une prison, une caserne de pompiers puis aujourd’hui un lieu d’exposition. Lors de sa première prestation monographique, Lyes Hammadouche a créé ses œuvres in situ pendant quatre mois.

Le sculpteur traite une problématique très actuelle, l’humain face aux défis du numérique. Il s’est appuyé sur ses connaissances techniques pour livrer un résultat qui donne à réfléchir sur notre place dans le temps et l’espace.

Cinq créations sont à voir dans une aire dominée par la pénombre, permettant aux œuvres de dialoguer entre elles grâce à des jeux de lumière intenses ; certaines ne pouvant fonctionner sans la présence des autres.

C’est dans un univers à part entière que le créateur nous fait entrer. Sans cesse en mouvement, ses productions donnent l’impression d’être différentes à chaque nouveau coup d’œil tant elles se déplacent ou changent constamment de rythme.

Lyes Hammadouche invite ainsi le visiteur à se laisser transporter dans une expérience unique et inédite où les effets sonores et lumineux dominent tout au long de la visite.