MozArt group au Théâtre Antoine

Ils entrent en scène tels des solistes internationaux : queues de pie, chaussures vernies et sérieux papal. Mais ne battez pas déjà en retraite : la lourdeur compassée des concerts classiques pour mélomanes éclairés, très peu pour eux.

Virtuoses diplômés des prestigieuses académies de Varsovie et de Lodz, Boleslaw Blaszczyk (violoncelliste), Filip Jaslar (premier violon), Michal Sikorski (second violon) et Pawel Kowaluk (alto) auraient pu se contenter d’enflammer un public de puristes avec leur somptueux coup d’archet. Ils ont choisi de bousculer les convenances. « Nous traitons notre musique avec un humour ironique et nous sommes sûrs qu’elle n’aura rien contre cela« .  Pas éclos de la dernière rosée, il est apparu dans le ciel de la musique il y a une vingtaine d’années (déjà !). Le plus célèbre quatuor à cordes polonais débute avec de petits sketches sur Canal +, puis crée un cabaret musical (Mozart est toujours en vie !, 1997), n’hésitant pas à y recevoir en guest le chanteur Bobby McFerrin ou le fameux mime Krosny.

Aujourd’hui, ces violons dingues font le tour du monde avec un spectacle absolument régalant où ils multiplient leurs facéties dans un français délectable connu d’eux seuls. Ici, Les Quatre saisons de Vivaldi louchent vers le Tyrol, les violons deviennent des guitares, des lassos ou des raquettes de ping-pong, le violoncelle danse la valse et les archets gazouillent un aria de Carmen. Le public pouffe, découvrant que l’on peut allier burlesque décalé à la Blake Edwards et grande musique, au cours de joutes musicales désopilantes, mélanger dans un même shaker Bizet, Haydn, Beethoven, Tchaïkovski, Abba, Michael Jackson, les Beatles et… Mozart ! Élégant, irrévérencieux, inventif, ainsi va le MozART Group, toujours prêt à défier la noirceur d’un monde auquel il ne voit guère d’autre échappatoire que la musique.

www.theatre-antoine.com/mozart-group

Note : 4/5