A.Voir

Paris Photo 2019 : notre sélection des galeries à voir

La 23è édition de Paris Photo qui se tient sous la verrière du Grand Palais, ouvre ses portes aujourd’hui et ce jusqu’au dimanche 10 novembre. Au programme : un savant mélange entre de grands noms de la photo et des photographes émergents à retrouver auprès de 213 exposants. Découvrez notre sélection des 5 galeries à ne pas rater à Paris Photo 2019.

L’Equinox Gallery

Red Stockings, 1961 Archival Pigment Print 11 1/2″ x 18″ Fred Herzog © EQUINOX & LAURENCE MILLER

 

Lorsqu’on entre à l’Equinox Gallery, c’est un voyage dans l’Amérique du Nord des années 1950 à 1980 qui nous est proposé à travers le travail d’une belle brochette de photographes. Le premier, Fred Herzog, célèbre artiste qui s’est éteint en décembre dernier capte à la perfection les ambiances de la ville de Vancouver : passants, devantures de magasins, façades d’immeubles et nous offre de beaux instants de vie riche en couleurs. On retrouve le même prisme du côté de la photographe Vivian Maier ainsi qu’avec le travail d’Helen Levitt (N&B) et Bruce Wrighton aux États-Unis. Une galerie à faire si l’on est amoureux de la photo de rue.

Nicholas Metivier Gallery

Tsaus Mountains #1, Sperrgebiet, Namibia, 2018, Edward Burtynsky, courtesy Nicholas Metivier Gallery, Toronto

 

Les images aériennes d’Edward Burtynsky sont à la fois saisissantes et troublantes. Au loin, on penserait voir des peintures abstraites, mais c’est tout l’inverse. Avec son solo show et sa série Afrique à la Nicholas Metivier Gallery, Edward Burtynsky capte la dévastation de la Terre par nos industries. Plus on se rapproche, plus on découvre des paysages aux couleurs variés mais surtout des paysages saccagés par l’homme. Ici, une mine ravage le delta du Niger transformant la photo en un vol dans l’espace, là une carrière de pierre puise dans les ressources du sol namibien. Des paysages stupéfiants qui se révèlent au fur et à mesure que l’on s’approche et qui donnent surtout le vertige.

Galerie du jour Agnès B

Traditional bald hair of a newly arrived pupil in Fedkovo commune for boys from an orphanage. Fedkovo village, Pskov region, 2019 Tirage numérique couleur 30 x 45 cm © Dmitry Markov

 

Un petit passage à la Galerie du jour Agnès B est toujours plaisant. Comme souvent, on y retrouve de l’intime et on a rapidement la sensation que l’objectif nous balade chez des amis. C’est notamment le cas avec le travail du photographe Chad Moore. A travers ses clichés, on pénètre dans le quotidien d’une belle bande d’amis. Des photos qui respirent la jeunesse, la fête et où les couleurs sont souvent vives. Des photos prises sur le vif qui nous séduisent, à l’instar du travail de Dmitry Markov, également exposé chez Agnès B. A ses côtés, on s’immisce dans les entrailles de la vie rurale en Russie. Un beau témoignage au cœur de la société russe loin de la bureaucratie et des élites.

 

Karsten Greve

Flores Awning, 1990Chromogenic print, ed. 1/950,8 x 61 cm / 20 x 24 © inCourtesy Galerie Karsten Greve Paris, Cologne, St. Moritz / John Chamberlain

 

En déambulant dans les allées de Paris Photo 2019, on est intrigué par ce qu’on aperçoit à la Galerie Karsten Greve. Et on est même happé par les tirages de John Chamberlain qui sont un mélange entre l’expressionnisme abstrait et l’art pop. Ses photos sont transformées par des effets et des techniques spéciales qui trompent notre rétine. On croirait voir des peintures, dotées d’un esthétisme particulier. A l’arrivée, une déformation qui déconstruit totalement la photo pour livrer un flux de couleurs. Reste plus qu’à se concentrer et essayer de remettre de l’ordre dans notre esprit pour découvrir ce qui se cachait devant l’objectif de Chamberlain avant la transformation.

Akio Nagasawa

Lin Zhipeng aka No.223 © Akio Nagasawa Gallery

 

Enfin, passage obligé à la galerie Akio Nagasawa pour (re)découvrir les photos de Daido Moriyama. L’artiste japonais n’a plus besoin de présentation. Ce membre de l’avant-garde artistique japonaise d’après-guerre nous transporte dans l’agitation des rues tokyoïtes et nous déambulons aux côtés du photographe en plein dans les années 1980 et 1990. Également présent dans la galerie, Lin Zhipeng aka No.223. Son travail est assez similaire à celui de Ren Hang, mais les photos exposées sont une ode à la jeunesse chinoise. Un rassemblement d’images décalées, où le nu est de rigueur. Un savant mélange des genres à expérimenter la galerie Akio Nagasawa.

 

N’hésitez pas non plus à aller faire un tour chez Les Douches, Bene Tashen, Magnum, Patricia Conde, La Galleria Del Cembalo, Stephen Daiter, Esther Woerdehoff ou encore chez Goodman.

Paris Photo 2019,
Grand Palais,
Avenue Winston Churchill, Paris 8è

Ouvert de 12h à 20h du jeudi au samedi 9 novembre et de 12h à 19h le dimanche 10 novembre.