Photographie : le Festival Circulation(s) fête ses 10 ans

La 10e édition du Festival Circulation(s) se tiendra du 14 mars au 10 mai au Centquatre et célèbrera une fois encore les photographes européens émergents. Que vous soyez féru d’art ou simplement curieux, vous serez séduit par l’événement qui parvient à mettre l’image à la portée de tous. Un rendez-vous devenu incontournable au fil des années. 

La jeune photo européenne à l’honneur

Vera Hadzhiyska, With the name of a Flower, Bulgarie, Circulation(s) 2020
© Vera Hadzhiyska, With the name of a Flower, Bulgarie, Circulation(s) 2020

Chaque année au Centquatre, les esthètes les plus pointus se pressent pour découvrir la curation du festival Circulation(s). Chaque édition est gage de belles découvertes et les artistes exposés s’assurent souvent une jolie carrière au cours des années qui suivent leur participation à l’événement. Et alors que les connaisseurs ne s’y trompent pas, Circulation(s) parvient à demeurer un festival populaire. Le lieu n’y est pas étranger : fort de son artère centrale longue de 250 mètres, le 104 accueille aussi bien danseurs de hip hop, chineurs du dimanche et famille en goguette. On peut donc tomber sur les œuvres du festival tout à fait par hasard et se laisser cueillir, même si on pensait ne pas s’intéresser à la photo.

Quand l’image interroge le monde en crise

© Joan Alvado, The Last Man on Earth, Festival Circulation(s) 2020
© Joan Alvado, The Last Man on Earth, Festival Circulation(s) 2020

Pour sa 10e édition, Circulation(s) met en lumière 300 œuvres, 45 artistes venus de 16 pays différents et 42 projets sur un espace de 2000 m2 d’exposition. La scène florissante et avant-gardiste de Biélorussie, pays à l’honneur cette année, est représentée par quatre artistes aux univers singuliers. Leurs points communs ? Une volonté d’expérimenter plutôt que de capturer la réalité, le recours au collage et aux captures d’écran pour détourner l’image, et le rejet d’une photo égocentré ou trop narrative. Une école qui questionne la société et l’actualité et aborde la répression, la violation des droits de l’homme ainsi que le passé soviétique du pays.

Les visiteurs pourront aussi admirer des séries photo sur le thème de l’injustice sociale, l’identité ou encore l’angoisse générée par l’avenir. On a déjà repéré les travaux de Chiara Avagliano qui met en scène son enfance dans une Italie imaginaire, la série de Joan Alvado sur le dépeuplement du centre de l’Espagne, l’enquête de Vera Hadzhiyska sur les changements de nom imposés à la population musulmane en Bulgarie et la réflexion de Michal Solarski et Tomasz Lisboska sur le passage à l’âge adulte en Pologne. Encore une édition pleine de promesses !

Festival Circulation(s), édition 2020
Le Centquatre,
5, rue Curial, 19e
Du 14 mars au 10 mai

@SOLARSKI Michal & LISBOSKA Tomasz, Cut it short, Festival Circulation(s) 2020