Photoquai, We Are Family

Née en 2007 à l’initiative du musée du quai Branly, Photoquai nous fait découvrir des photographes du monde entier, jamais vus (ou très peu) en Europe. Ces images venues d’Amérique du Sud et Centrale, d’Asie, d’Océanie, d’Afrique, du Proche et Moyen-Orient, de Russie… nous racontent le monde. Et parce que la photographie est une pratique beaucoup moins répandue, voire réglementée ou contrainte dans certains pays d’Afrique et d’Asie, la biennale prend tout son sens, et nous ouvre les yeux.

Le long des quais de Seine, en face du musée, 400 photos grand format imprimées sur vinyle – pour braver tous les temps –, sont accessibles à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. On déambule alors à sa guise à travers un accrochage enthousiasmant qui s’émancipe des carcans habituels. « We are family », semblent nous dire les 40 photographes présentés, à l’instar de ce qu’annonce la thématique de cette année.

Le Sénégalais Omar Victor Diop rend hommage aux grandes figures africaines à travers une série d’autoportraits pleins d’humour ; Maika Elan nous invite avec délicatesse dans l’intimité de couples homosexuels, dans un Vietnam encore coincé dans ses préjugés ; le Colombien Juan Pablo Echeverri (en couverture) fasciné par la manière dont les gens se fabriquent une image, revêt le costume de superhéros et goûte à ses nouveaux superpouvoirs ; l’Égyptienne Myriam Abdelaziz nous interpelle sur le travail inhumain des enfants dans les carrières de calcaire, le Japonais Noriko Takasugi fait s’entrechoquer traditions millénaires et catastrophe nucléaire avec sa série Fukushima Samouraï… Autant de sujets qui nous touchent, nous font sourire, nous interrogent dans ce croisement de regards sur le monde. À ne pas manquer !