7 pièces de théâtre à découvrir en mai à Paris

Quand y’en a plus, y’en a encore ! Alors qu’aller s’enfermer au théâtre au retour des beaux jours n’apparaît pas franchement comme l’option la plus instinctive qui soit, il se trouve que les lieux semblent redoubler d’efforts pour nous proposer des pièces de théâtre auxquelles on va avoir beaucoup de mal à résister. Et le meilleur du meilleur, c’est par ici !

 

ROCK TRADING

Rock Trading / c'est la faute aux enfants
© Samuel Rubio

 

Un spectacle qui ne parlera pas des pauvres, ni des très pauvres, ni des très très pauvres, ni des subprimes (parce qu’on a tous compris que c’était mal), ni de la classe moyenne (parce qu’elle est fatiguée), ni des très très riches (qui ont l’air un peu malades, non ?). Marielle Pinsard revient au Tarmac avec une nouvelle création centrée sur l’humain et toutes ses petites faiblesses. De celles qui le rendent moins performant qu’une bonne grosse machine bien huilée. L’idée est originale et chante les louanges de la déresponsabilisation, avec un sous-titre particulièrement éclairant : c’est la faute aux enfants. Et la compagnie Marielle Pinsard n’y va pas de main morte : 8 comédiens, 66 costumes et un décor qui nous en met plein les mirettes !

TARMAC
159 avenue Gambetta, 20e
Du 23 mai au 1 juin 2018

 

ONE NIGHT AVEC HOLLY WOODLAWN

©Comédie de Caen

 

Comment ça « c’est qui celle-là ? ». Faut sortir un peu. Holly Woodlawn, c’est LE premier travesti de l’histoire du travestissement. A égalité avec Jackie Curtis et Candy Darling, et juste avant Divine et John Waters. Actrice, chanteuse, mannequin, showgirl et performeuse disparue il y a peu à l’âge de 69 ans, elle a toujours fasciné Pierre Maillet, qui l’encense ici, avec un spectacle performance musical qui rend hommage aux cabarets transformistes. Des musiciens donc, un répertoire qui va de Bette Midler à Lou Reed, et un magnifique portrait de femme. L’occasion de découvrir les Plateaux Sauvages (si ce n’est pas déjà fait).

Les Plateaux Sauvages
5 rue des Plâtrières, 20e
Du 22 mai au 1 juin 2018

 

JE SUIS UN PAYS

Je suis un pays © Wavian et Mathilda Olmi
© Wavian et Mathilda Olmi

 

Vincent Macaigne revient à la Colline avec un spectacle présenté lors du dernier Festival d’Automne, et une distribution qui compte quelques petits nouveaux. Parmi lesquels la formidable Vimala Pons. 3h45 d’une expérience qui décrit ce moment où la fête est finie, où tout reste à faire et à réinventer. Pas le summum de l’optimisme donc, mais il serait dommage de passer à côté de cette reprise et d’ignorer le travail d’un type qui, à sa manière, secoue énergiquement les fondations de la scène théâtrale contemporaine. N’en déplaise aux conservateurs dans la salle.

La Colline – Théâtre National
15 rue Malte-Brun, 20e
Du 31 mai au 14 juin 2018

 

FORMOSA

Formosa © LIU Chen-hsiang
© LIU Chen-hsiang

 

Mais que vient faire un mot portugais dans le titre d’un spectacle taïwanais ? C’est apparemment ce qu’aurait été la première réaction des Portugais en s’approchant de l’île au 16ème siècle. A savoir : magnifique. On n’en dirait pas moins de cette nouvelle création du Cloud Gate Danse Theater, première compagnie de danse taïwanaise, qui signe ici un ballet puissant et sauvage. Des mouvements amples, une énergie électrique qui frôle la lévitation et derrière, un très bel hommage aux coutumes chinoises, et à la terre de leurs ancêtres. Comme toujours, la Villette (ici en partenariat avec le Théâtre de la Ville) s’impose comme l’un des meilleurs lieux d’accueil des compagnies de danse étrangères. 

La Villette
211 avenue Jean Jaurès, 19e
Du 30 mai au 2 juin 2018

 

FESTIVAL SCENES OUVERTES A L’INSOLITE

©Pablo Hermoso on Unsplash

 

Le monde des marionnettes a bien changé. Et ce n’est pas le Mouffetard qui va nous contredire. Avec cette douzième édition du Festival Scènes Ouvertes à l’insolite, place à la nouvelle génération de jeunes artistes parfois à peine sortis de l’école. Mais aussi à des autodidactes, des scénographes, plasticiens, acrobates et musiciens. Cette année, les spectacles essaiment dans différents lieux de la ville, du Mouffetard au 5ème, les 19ème et 20ème arrondissements, avec notamment le Théâtre aux mains nues et le Théâtre Paris-Villette.

Nos recommandations : le minutieux strip-tease géographique miniature à fleur de peau signé par le duo Livsmedlet, et le puzzle corporel plongé dans l’obscurité du collectif Toder Winkel.

Théâtre le Mouffetard
73 rue Mouffetard, 5e
Du 29 mai au 3 juin 2018

 

BIGRE

Bigre Photo © Fabienne Rappeneau
© Fabienne Rappeneau

 

Reprise d’une pièce devenue culte de Pierre Guillois à la MAC de Créteil ! Trois pauvres âmes solitaires qui vivent à la fois seules et les unes sur les autres. Il y a le geek fan de karaoké japonais dans son petit logé bourré d’électroménager futuriste ; le babos ultra-nature qui empile des boîtes en carton, dort dans un hamac et élève un lapin domestique ; et enfin la bimbo adepte des médecines plus ou moins douces et des décolletés plongeants. Comme toujours chez Pierre Guillois, c’est scabreux, grinçant et toujours un peu scato sur les bords. Du grand art.

MAC de Créteil
1 place Salvador Allende, Créteil
Du 30 mai au 1 juin 2018

 

FESTIVAL O 4 VENTS

En quelques années, le Festival O 4 Vents est devenu l’un des rendez-vous incontournables de la création jeune public. Il trouve ici pour écrin certains des plus beaux monuments du patrimoine architectural parisien. Fêtant cette année sa 10ème édition, la programmation écumera le 4ème arrondissement (Place des Vosges, Pavillon de l’Arsenal, Hôtel de Lauzun, Halle des Blancs Manteaux…), avec des spectacles de danse, de théâtre, de musique et de jongle. Mais aussi des ateliers de journalisme pour enfants — qui auront l’occasion de créer et d’animer leur propre webradio.

Nos recommandations : C’est peut-être toi de la compagnie No Man’s Land, la sieste matinale sur fond de harpe et Air(e)s de couleur, formidable travail de plasticien !

Divers lieux du 4e arrondissements de Paris
Du 25 mai au 3 juin 2018