Que cachent ces étranges façades parisiennes ?

Il faut avoir l’oeil pour s’en rendre compte… Derrière ces façades, point d’appartements. En effet, Paris recèle quelques spécimens de façades factices. En maçonnerie ou simple trompe-l’oeil, elles sont là pour camoufler bouches d’aération de RER et autres transformateurs EDF. Petit tour de ces bizarreries architecturales en plein cœur de Paris.

145 rue de la Fayette

facade 145 Lafayette
Une porte sans poignée ni interphone et qui n’a rien a cacher. Crédit : Geralix CC

 

Si vous habitez en face du 145 rue de la Fayette et que vous n’avez jamais vu personne pénétrer dans cet immeuble, c’est normal. Mis à part une façade en pierre de taille, il n’y a rien à voir derrière ces murs. Rien à voir, ou presque… En effet, la façade reconstitue fidèlement le style des immeubles bourgeois parisiens afin de dissimuler une bouche d’aération de la ligne B du RER. Plutôt malin en terme d’harmonisation architecturale et d’esthétisme.

 

1 bis rue Chapon

 1 bis rue Chapon
Du jour au lendemain le 1 bis rue Chapon est apparu de nulle part. Source : Google Street View

 

Plus absurde encore, une adresse imaginaire au 1 bis rue Chapon dans le 3e arrondissement. Elle émerge un samedi matin de 2006 en moins de 30 minutes. Il s’agit en réalité d’une plaque de bois épaisse d’une dizaine de centimètres, large de 2 mètres et haute d’environ 2,20 mètres, installée et plaquée contre un pan de mur de la rue Chapon. Sa porte verte décorée d’une boîte aux lettres en cuivre et d’une fausse sonnette lui apportent un réalisme étonnant. Ses auteurs n’ont pas oublié de signer leur oeuvre. Sur la droite on peut en effet lire leurs initiales gravées sur une plaque métallique  « J.B. & S.B. Spécialistes » pour Julien Berthier et Simon Boudvin.

 

29 rue Quincampoix

facade trompe l'oeil
Un trompe l’oeil qui ne trompe pas grand monde. Crédit Tagopaso CC

 

Sans surprise, le quartier des Halles n’est pas en reste quand il s’agit de camoufler des bouches d’aération de la RATP. Cependant, c’est avec moins d’authenticité que cela a été réalisé. En effet, au 29 rue Quincampoix, personne n’est dupe, la cheminée de ventilation de la voirie souterraine des Halles a été simplement dissimulée par une façade en trompe-l’oeil. Amusant cependant.

 

78 rue de la Condamine

facade centre de traitement des données
Un centre de traitement des données bien camouflé. Crédit Nadège Dedieu CC

 

Mais que cache donc cette façade factice en brique du 17e arrondissement ? Ni appartement, ni atelier, ni bureaux, soyez-en sûrs ! Derrière ce mur se cache en réalité un centre de traitement des données. Comme quoi, Paris n’a pas fini de nous étonner, ni de nous cacher des choses… A nous de dénicher ses secrets !

 

44 rue d’Aboukir

44 rue d'Aboukir
Ne vous donnez pas la peine de sonner au 44 rue d’Aboukir… Personne ne répondra. Source : Google Street View

 

Aussi réelle que puisse paraître sa porte d’entrée en bois, ses fenêtres et ses rambardes en fer forgé, c’est encore une fois un leurre. La façade factice de cet immeuble, beau comme un sou neuf, abrite quant à elle  un puits de ventilation de la RATP, mais toujours pas d’appartements !