Ciné : les sorties de la semaine du 24 octobre

Quels sont les films à voir cette semaine ? Retrouvez notre sélection non-exhaustive des sorties cinéma à ne pas manquer.

Le Grand Bain : comédie dramatique

Système de notation des films de la semaine

De Gilles Lellouche, avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet et Benoît Poelvoorde. Durée : 1 h 58.
En dépression, Bertrand (Mathieu Amalric) s’inscrit dans une équipe de natation synchronisée. Là, avec le gardien désœuvré (Philippe Katerine), le vendeur de piscine en faillite (Benoît Poelvoorde), le chanteur raté (Jean-Hugues Anglade) et le râleur fini (Guillaume Canet), il forme une belle bande de bras cassés. Une sacrée brochette de paumés lumineux qui se lient d’amitié dans ce premier film de Gilles Lellouche, sorte de Rasta Rockett qui sent bon le chlore, porté par une ribambelle d’acteurs énormes (Philippe Katerine en tête) qu’on se plaît à voir patauger dans leur déprime et leur piscine.

 

Halloween : horreur

Système de notation des films de la semaine

De David Gordon Green, avec Jamie Lee Curtis et Judy Greer. Durée : 1 h 46.  

 Laurie Strode (Jamie Lee Curtis), ex-baby-sitter traumatisée par l’assassin Michael Myers 40 ans plus tôt, apprend que le tueur au masque va être transféré. Forcément, Mike reprend du service, et force est de constater qu’il n’a pas perdu de son habilité au couteau. Et dire que, 40 ans après, ce sequel direct débarrassé des scories des autres suites à répétition, produit par John Carpenter et concocté par l’habité David Gordon Green (Prince of Texas, Joe, Manglehorn), n’a pas non plus perdu en efficacité._

Cold War : drame
Système de notation des films de la semaine

De Pawel Pawlikowski, avec Joanna Kulig et Tomasz Kot. Durée : 1 h 27.
Pologne 1949, un musicien tombe sous le charme de Zula, une jolie chanteuse rebelle. Seulement voilà, le communisme vient s’en mêler et à l’heure des tournées internationales sous l’œil du Parti, le couple doit se séparer. Une histoire d’amour impossible donc, servie ici par une mise en scène impériale et un noir et blanc somptueux qui nous renvoie aux plus beaux classiques du cinéma (Murnau, Cassavetes, Buñuel). Œuvre intense et incandescente, ce Cold War mérite largement son Prix de la mise en scène à Cannes.

 

Dakini : aventures

Système de notation des films de la semaine

De Dechen Roder, avec Jamyang Jamtsho Wangchuk. Durée : 1 h 58. 

 Enquêtant sur la disparition d’une none au Bhoutan, un détective tombe sous le charme de la suspecte, au fil d’une investigation sulfureuse qui nous entraîne sur les traces des dakinis, sorte de gourous bouddhistes au féminin. Un thriller empli de spiritualité.

Six portraits XL : 2 Jacquotte et Daniel : documentaire

Système de notation des films de la semaine

D’Alain Cavalier, avec Jacquotte et Daniel. Durée : 1 h 41.

 Alain Cavalier poursuit sa série de longs portraits et part à la rencontre de Jacquotte, une vieille dame qu’il filme depuis quinze ans, et qui tous les ans revisite la maison de son enfance et les souvenirs qui vont avec, dont elle refuse de se séparer. Mais on suivra aussi Daniel, ancien réalisateur “toqué”, passionné de jeux de grattage qui doit vérifier dix fois s’il a bien fermé sa porte, dans cette touchante exploration de l’humain livrée par un cinéaste du sensible (Irène, René, Pater, ou Thérèse), qui à 87 ans, filme toujours la vie comme personne.