« Raw », expo de « collages crus » au bar Le Lapin blanc

« Quand on ne sait pas dessiner, on peut faire des images avec de la colle et des ciseaux.” La phrase est de Jacques Prévert qui, après un accident, s’était mis à assembler des images pour créer ses fameux “collages poétiques”.

Cette même passion des images anime Benjamin Blanpain, ex-journaliste de Radio Nova parti vagabonder en Afrique australe, qui accumule et découpe “les gravures des vieux bouquins, les magazines de mode, les photo-reportages…” depuis sa plus tendre enfance.

Il a fini par s’armer de ciseaux, d’un cutter et d’un tube de colle (« sans retouche sur Photoshop ») pour les mixer et créer ses “collages crus” qu’il présente dans l’exposition RAW (jusqu’au 7 juillet au Lapin blanc). Le visage de Michael Jackson morphé dans celui de John Lennon, un top model en mode QueenKong agrippée à un minaret d’Istanbul, un gamin américain avec un fusil visant un Afghan jovial à vélo, des esclaves noirs alignés sous les dorures d’un salon Louis XIV…

Ces compositions interpellent, parfois ironiquement, parfois violemment. “Ce sont des thèmes que je développe à l’instinct, explique Benjamin Blanpain. Il y a toujours l’utilisation d’une certaine crudité, d’une certaine violence, mais avec espièglerie. Je m’amuse en mettant en perspective les images qu’on reçoit toute la journée, entre la télé, les journaux, le Web, la pub… Mes collages illustrent un monde surréaliste où se côtoient des journalistes qui se font exécuter online et des top models photographiées lors de shootings qui coûtent des millions juste pour faire quatre pages dans Vogue.”

Site officiel