Interview de Gianfranco Iannuzzi, D.A de Van Gogh La Nuit Étoilée à l’Atelier des Lumières

Deuxième exposition à l’Atelier des Lumières, après le succès de l’événement inaugural consacré à l’oeuvre de Gustav Klimt  qui marqua toute l’année 2018. L’année 2019 sera celle du peintre de génie Van Gogh, avec une exposition La Nuit Étoilée en immersion dans l’oeuvre majeure de ce peintre hollandais qui a marqué l’histoire de l’art. Rencontre avec Gianfranco Iannuzzi, directeur artistique de cette exposition monumentale qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

 

Vue de l'expo Van Gogh La nuit étoilée à l'Atelier des Lumières
Vue de l’expo Van Gogh La nuit étoilée à l’Atelier des Lumières © Culturespaces, Photo E. Spiller

 

Gianfranco Iannuzzi, vous êtes le directeur artistique de l’exposition Van Gogh, La Nuit Étoilée à l’Atelier des Lumières, comment l’avez-vous conçue ?

Pour cette nouvelle exposition à l’Atelier des Lumières, j’ai collaboré avec Renato Gatto et Massimiliano Siccardi. Nous avons fait beaucoup de recherches historiques et à partir de tout ce que nous avons récolté nous avons réfléchi à l’écriture d’un scénario pour raconter une histoire avec toute cette matière. Nous avons cherché à transmettre ce que Van Gogh lui-même souhaitait transmettre de sa vie et de son oeuvre à son public.

Quels chefs-d’oeuvre de Van Gogh sont visibles dans cette nouvelle exposition qui lui est consacrée ?

Il y a plus de 450 tableaux dans l’exposition et environ 50 dessins. Le but de cette exposition n’était pas de montrer ce que l’on connaît déjà de Van Gogh, même si on retrouve bien sûr les chefs-d’oeuvre comme La Chambre, La Maison jaune, La nuit étoilée... Mais l’idée était aussi de montrer des œuvres moins connues qui sont des œuvres de jeunesse qu’il a réalisées avant même d’arriver en France.

Quelles sont les couleurs prédominantes de la palette de l’artiste peintre Van Gogh ?

On comprend le changement qu’il y a eu dans sa vie et dans son oeuvre. Lui qui venait du Nord, sa palette était au début très sombre, la lumière était terne. Et soudain, à son arrivée en France, ses couleurs éclatent ! On est alors ébloui par le jaune des champs de blé ou des tournesols, le rouge des coquelicots, le violet des iris et tout ça nous saute aux yeux !

Dans quelles villes l’exposition nous fait-elle voyager ?

L’exposition commence à Groot-Zunder, sa ville natale dans le sud de la Hollande. On passe par Paris évidemment car il y a été de passage pour rendre visite à son frère Théo notamment. Et ensuite toute la période de la Provence de Saint-Remy-de-Provence et d’Arles où il a rencontré Gauguin. Et enfin Auvers-sur-Oise.

Vous avez conçu cette exposition comme un film. C’est une exposition qui se regarde mais qui s’écoute également. Justement, parlez-nous de la bande son de cette exposition.

La musique n’est pas collée sur les images, mais c’est une oeuvre complète. Nous avons collaboré avec un musicien et compositeur, Luca Longobardi, parallèlement à l’écriture du scénario. Nous avons travaillé images et musiques simultanément pour mieux transmettre l’émotion au public. Il y a de la musique classique  avec Jean-Baptiste Lully, une oeuvre de 1670 en ouverture (200 ans avant la naissance de Van Gogh), et tout de suite après la chanson Kozmic Blues de Janis Joplin qui date, elle, de 1970. Donc, on fait un saut de 300 ans dans le temps ! Il y a aussi du jazz avec des morceaux de Miles Davis ou Nina Simone, les quatre saisons de Vivaldi… Nous entendons des œuvres musicales intemporelles, car l’oeuvre de Van Gogh l’est tout autant !

Pourquoi, selon vous, Van Gogh est un génie qui a marqué l’Histoire de l’art ?

Car sa vie et son oeuvre étaient pour lui la même chose. Il a peint en une période très courte un millier d’œuvres pour essayer de transmettre à l’humanité quelque chose. Il avait pour habitude de dire : « Si ma peinture ne vaut rien, ma vie ne vaut rien ! » . On sent vraiment dans sa façon de coucher la matière sur la toile, cette envie, cette énergie, cette passion, cette frénésie de réussir.

Quel est votre tableau préféré de Van Gogh ?

J’aime beaucoup L’église d’Auvers-sur-Oise, la façon dont ce grand génie de la peinture a réinterprété ce paysage, sa vision de cette réalité.

L’Atelier des Lumières
38 rue Saint-Maur, 11e
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Nocturnes les vendredis et samedis jusqu’à 22h et les dimanches jusqu’à 19h
Plein tarif : 14,50 euros, réduit : 11,50 euros

Vue de l'expo Van Gogh La nuit étoilée à l'Atelier des Lumières
Vue de l’expo Van Gogh La nuit étoilée à l’Atelier des Lumières © Culturespaces, Photo E. Spiller