Rencontre avec le gardien de Museum of Internet

Depuis 2012, Museum of Internet est un musée virtuel et une véritable bible sur la culture internet. A seulement 24 ans, Félix Magal est à l’origine du projet avec Emilie Gervais, une net-artiste canadienne. Avec plus de 500 000 abonnés Facebook, Museum of Internet a su développer une communauté autour de son projet et sensibiliser les Français à la notion « d’art numérique ». Visite guidée avec Félix Magal, le gardien de ce musée pas comme les autres.

 

 

Comment peut-on définir The Museum of Internet ? Un projet de curation ? Une oeuvre d’art ? Un musée virtuel ?

Félix Magal : Museum of Internet est une compilation, dans un même espace, de toutes les images qui font qu’Internet est un endroit incroyable. C’est un travail de curation aléatoire en fonction de ce que l’on peut trouver à travers internet. Ce n’est pas non plus une oeuvre d’art. Il faut le voir comme un espace d’expression qui pose un regard sur notre époque car la plupart du temps nos posts font écho à une actualité qui sera remplacé l’heure d’après par une autre information encore plus irréelle.

 

Comment l’idée est-elle née ?

L’idée est venue d’une frustration. A l’époque, l’art numérique était très mal représenté, surtout en France. Nous avons ce problème majeur de rendre le numérique toujours très didactique comme si nous ne pouvions pas le comprendre par nous-mêmes, ce qui a pour véritable incidence de dénaturer les oeuvres. Museum of internet a pris le parti de ne rajouter aucune description. On se demande « est-ce que ces photos amateurs qui pullulent sur le web ont une valeur artistique ou pas ? ». Pour nous, le plus important c’est que cela permet à l’internaute de se faire son propre avis et d’avoir sa propre interprétation. C’est d’ailleurs assez amusant de voir que selon les pays, on n’interprète pas les images de la même manière. Le fait d’être sur Facebook c’était la volonté d’être là où se trouvent les internautes et de pouvoir arriver directement dans leurs flux.

 

Comment vous trouvez et sélectionnez les photos ?

On trouve les photos partout, que ce soit dans un article, sur mes différents web ou sur des réseaux sociaux à travers le monde. J’ai un grand faible pour VK, le « Facebook russe » qui jouit d’une grande liberté car il n’y a pas ce faux puritanisme américain. En règle générale, la sérendipité est ce qui me permet de toujours trouver du contenu.

 

Est-ce que la création d’un musée virtuel comme Museum of Internet prend tout son sens quand justement on représente un art numérique ?

Un musée c’est un lieu où l’on conserve et où l’on présente, c’est pareil pour Museum of Internet. Quand on regardera les images de cette page dans 30 ans, on aura une vision assez juste du monde à cette période. Aujourd’hui, notre information ne passe que par l’ironie, l’imaginaire collectif se fait autour des mèmes. On ne se souvient plus de la couverture du Monde quand il y’a une actualité importante mais on se souvient du mème qui l’accompagne.

 

A part Facebook, sur quels autres supports êtes-vous présent ?

On a un site Internet qui permet à n’importe quel utilisateur de publier des images avec juste un drag and drop. C’est un espace de liberté, d’exposition (et pour rendre cette phrase encore plus pompeuse) de rencontres visuelles.

 

Site de Museum of Internet

Facebook de Museum of Internet

Face au succès de Museum of Internet, Félix Magal sera présent au IAM Weekend 17 à Barcelone en avril pour donner une conférence sur les médias et internet.