Rencontre avec Grégory Tilhac du festival Chéries-Chéris

Avec sa 24e édition, du 17 au 27 novembre 2018, le festival du film LGBTQ & +++ Chéries-Chéris devient un incontournable sur la scène culturelle parisienne. Longs et courts métrages, documentaires, français et internationaux… C’est un événement attendu par de nombreux parisiens touchés et intéressés par ce cinéma. A Nous Paris a rencontré son délégué général et programmateur Grégory Tilhac, qui va vous donner envie de vous lover dans les salles obscures et feutrées.

 

Affiche du festival.
© Festival LGBTQ & +++ Chéries-Chéris

Qu’est-ce que le festival LGBTQ & +++ Chéries-Chéris ?

C’est la 24e édition. Il a été créé à l’époque de l’épidémie du sida. L’objectif était de créer un événement rassembleur autour de la culture LGBT dans toute sa diversité pour qu’elle soit transmise malgré un contexte douloureux. Nous ne sommes pas dans une posture d’enfermement mais plutôt d’ouverture, de dimension pédagogique. L’idée est de promouvoir un cinéma de qualité, ambitieux et exigeant

 

Avec les multiples agressions dans le monde et à Paris, ce festival est plus que jamais le bienvenu. Ce fait-il défenseur de la cause LGBTQ & +++ ? 

On est dans la défense de la culture LGBTQ & +++ dans toute sa richesse et sa diversité. Le festival doit être dans la représentativité. Tout le monde est représenté. On cherche à ouvrir la culture LGBTQ & +++ et la rendre accessible à tout le monde. On a une dimension universelle. Le particularisme peut communiquer avec l’universalisme. Ce festival est également un combat pour l’ouverture et la tolérance, une lutte contre les discriminations et la violence.

 

La programmation est à nouveau de qualité. Des réalisatrices et réalisateurs affirmés et d’autres en devenir, des acteurs et actrices connus et d’autres moins, des longs et courts métrages, des documentaires. Quel est le cru 2018 du festival ?

Un homme assis sur un lit fumant une cigarette. film présenté au festival Chéries-Chéris
« Jonas », 2018, de Christophe Charrier © Arte France, En Compagnie des Lamas

 

Tout d’abord, le téléfilm Jonas. C’est un coup de coeur qui sera diffusé sur Arte le 23 novembre et en avant-première dans le cadre du festival. Avec un très beau casting : Félix Maritaud, Nicolas Bauwens – une révélation – ou encore Aure Atika et Marie Denardaud. 

Diamantino de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt. Présenté pendant la semaine de la critique à Cannes, adoré par la presse, ce film est un ovni totalement hybride, queer débridé et conte politique. Il y aura l’équipe du film.

Les Héritières de Marcelo Martinessi. Il sort peu de temps après le festival.C’est le récit bouleversant d’une émancipation d’une femme au Paraguay. Nous sommes très fiers de pouvoir le défendre.

Hard Paint de Marcio Reolon et Filipe Matzembacher. Film brésilien qui a eu le Teddy Award à la Berlinale. C’est un prix récompensant le meilleur film traitant des thématiques LGBT. Ce film témoigne du climat de répression actuelle au Brésil et est totalement en résonance avec ce qu’il se passe politiquement aujourd’hui. 

Night comes on de Jordana Spiro. Prix du jury à Deauville, c’est un film où l’orientation sexuelle du personnage principal ne trace pas tout l’enjeu du film.  Nous avons sélectionné quelques films où l’aspect LGBT n’est pas forcément au centre des interactions pour amener à une ouverture à un public plus large comme les très beaux Euforia de Valeria Golino et Les Moissonneurs de Etienne Kallos, présentés cette année dans la section Un certain regard à Cannes. 

 

Deux femmes qui rigolent et se serrent dans les bras.
« Eva+Candela », 2018, de Ruth Caudeli © Optimale

 

Cette année, nous avons voulu mettre beaucoup plus en avant le cinéma lesbien, en aboutissant à une certaine parité. Nous avons veillé à ce qu’il soit bien représenté – en nombre et bien sûr en qualité – dans l’ensemble des sections du festival.  Avec entre autres, La Favorite de Yórgos Lánthimos en ouverture du festival, et Eva + Candela de Ruth Caudeli, magnifique chronique d’une histoire entre femmes en Colombie. Nous présentons d’ailleurs un court métrage de la même réalisatrice : Entre Paredes.

Concernant les courts métrages, chaque année, c’est un gros succès. Les réalisateurs veulent et sont toujours là pour présenter leur film. Il y a 11 programmes : queer, gay, lesbien, transgenre, voguing & Ballroom, performeur.

Nous avons beaucoup de talents cette année concernant la sélection documentaire. Avec notamment François Zabaleta, habitué du festival depuis 10 ans. C’est un réalisateur que j’admire beaucoup. Ici, il nous présentera Couteau suisseC’est un film fortpoétique, envoutant, un objet filmique inclassable traitant magistralement des ressorts de l’homophobie.  Nous avons également voulu présenter deux jeunes talents : Isidore Bethel avec son documentaire Liam et Anthony Chidiac avec Room for a man. Les réalisateurs seront tous les deux là, suite à la projection. Autre très beau documentaire, l’électrisant Bixa travesty, du duo de réalisateurs Claudia Priscilla et Kiko Goldman.  Cette année, nous aurons beaucoup de femmes documentaristes sélectionnées. Nous sommes contents qu’il y en ait autant avec des propositions audacieuses.

Le genre pornographique fait pleinement partie de la culture LGBT. Le festival en fait son défenseur avec notamment le génial nouveau film de Bruce LaBruce, It is not the pornographer that is perverse.  C‘est un porno artistique, parodique, cinéphile et très provocateur. Il y aura également la trilogie du réalisateur Antony Hickling. Il complète cette trilogie avec Frig que l’on peut situer entre Sade et Bataille. Là on est dans la culture LGBT pure et dure. 

 

Parlez-nous des soirées d’ouverture et de clôture ? Pourquoi ces films : La Favorite de Yórgos Lánthimos et Boy Erased de Joel Edgerton ? Aurons-nous la chance de croiser ces deux castings incroyables dont Emma Stone, Rachel Weisz, Lucas Hedges, Nicole Kidman, Russell Crowe et Xavier Dolan ?

Emma Stone sur une chaise les yeux dans le vague avec de la tapisserie d'époque.
« La Favorite », 2018, de Yórgos Lánthimos © Twentieth Century Fox France

 

La Favorite est l’événement de l’année. Grand Prix du Jury à la Mostra de Venise, c’est un triangle lesbien sulfureux. Le film est divinement mis en scène. Nous sommes très fiers de le présenter en ouverture, en avant-première parisienne. Nous avons l’honneur de le présenter en première parisienne,  puisqu’il a déjà été présenté au festival international du film de la Roche-sur-Yon.

Boy Erased est une histoire poignante et vraie sur un jeune homme en thérapie de reconversion. Ces deux films participent au rayonnement du festival. Ce sont deux films qui s’imposent et dont le désir évident est de les voir dans le cadre de Chéries-Chéris. Il ne faut pas oublier qu’ils sont dans la course pour les Oscars.

Les acteurs et actrices auraient pu être là mais malheureusement les films sortent aux États-Unis et en Grande-Bretagne au même moment…

 

Il y a une nouveauté cette année, le week-end before Séries-Chéris le 17 et 18 novembre. Pourriez-vous nous en dire un peu plus ?

Un des acteurs de la série "Les Engagés" avec un micro et parlant à une foule. présenté au festival Chéries-Chéris
« Les Engagés », saison 2, 2018, de Maxime Potherat, Jules Thénier et Slimane-Baptiste Berhoun © Astharté & Compagnie (Sophie Deloche, Baptiste Rinaldi) et France Télévisions

 

Oui, ce sont trois jours supplémentaires before avant la cérémonie d’ouverture. Pourquoi introduire les séries dans le festival ? Le contexte et les modes de consommation ont évolué. Les écrans se démultiplient mais les salles de cinéma demeurent le lieu idéal pour découvrir des oeuvres. On s’est dit que c’était bien d’interroger notre rapport à cela. Il y a un engouement extraordinaire par rapport à la créativité des séries et l’audace de sujets qui nous intéressent. Nous avons voulu saluer la diversité et le traitement protéiforme de toutes ces oeuvres.

La deuxième saison de la série Les Engagés de Slimane-Baptiste Berhoun est présentée en exclusivité en présence de l’équipe. La série Miguel de Daphna Levin qui sera diffusée sur Canal+ a été récompensée par le prix spécial d’interprétation au Festival Canneseries cette année. 

Les séries documentaires Chicks On Boards de Döerthe Eickelberg diffusée sur Arte, et Gender Derby de Caroline Ducellier produite par France Télévisions, seront également au programme. Cette dernière est déjà en ligne. Atypique par son format, son propos principal est le Gender Queer. Féminin/Féminin de Chloé Robichaud, une web-série canadienne lesbienne formidable. On va diffuser l’intégral des saisons 1 et 2.

 

Comme tous les ans, des prix sont décernés par un Jury. Comment vous êtes-vous tournés vers ces personnalités ? Et quels sont les prix décernés ?

Il y a 3 sélections pour les compétitions : courts et longs métrages, documentaires.

Cette année, nous avons entre autres sollicité Camille Vidal-Naquet pour saluer notamment le succès de son film Sauvage. Il y a une logique de diversité dans le jury avec les acteurs transgenres Jonas Ben Ahmed, 1er acteur transgenre dans une série télévisée française, et Océan qui a d’abord été connu sous le nom de Océanerosemarie avec son seul en scène, La Lesbienne invisible.

L’actrice Christa Theret, découverte par le public dans le film LOL de Lisa Azuelos avec Sophie Marceau, puis dans Renoir de Gilles Bourdos et Gaspard va au mariage d’Anthony Cordier, et que l’on retrouvera en 2019 dans le nouveau film d’Olivier Assayas, nous fait l’honneur d’être avec nous.

Nous faisons également toujours appel à des producteurs. Cette année il y aura Élisabeth Pérez qui a produit des documentaires transgenres comme Fille ou garçon, mon sexe n’est pas mon genre de Valérie Mitteaux. Il y aura également Anne Delabre, journaliste et auteure féministe, et Pascal Petit, connu pour son fameux documentaire sur l’association Le Refuge.

 

Où faut-il sortir pendant le festival ?

Après la soirée d’ouverture, on organise un cocktail Chéries-Chéris au Petit Bain à 200m du MK2 Bibliothèque, et pour la soirée de clôture, l’after Chéries-Chéris se fait au Freedj dans le Marais. Il y aura également une soirée Cocky Boys & Pinkflix au Dépôt, après la projection du film X de Bruce LaBruce, It is not the pornographer that is perverse. Et d’autres événements à découvrir dans le programme.

 

Festival LGBTQ & +++ Chéries-chéris
Du 17 au 27 novembre
MK2 Bibliothèque, Beaubourg et Quai de Seine
Programme complet