5 spectacles de danse à voir d’urgence à la rentrée

C’est aussi la rentrée de la danse ! Dès septembre, les théâtres lancent leur saison 2018-2019. Nous avions annoncé le coup d’envoi cet été de Japonismes 2018 . Japonismes 2018 continue avec son volet spectacles vivants.  Une ouverture de saison très japonisante, pour que le voyage et le dépaysement se poursuivent même si les vacances sont belles et bien finies !   

Voici notre sélection danse dans le cadre de Japonismes 2018 et du Festival d’Automne à Paris. A vos agendas !

Kadamati d’Akram Khan

le 9 septembre sur le parvis de l’Hôtel de ville

 

Chorégraphie Akram Khan
© Facebook Akram Khan

 

Akram Khan l’a annoncé il y a peu, il ne dansera plus … Il préfère assumer exclusivement sa casquette de chorégraphe et faire danser les autres ! Belle illustration en mouvement de cette révélation récente, car le 9 septembre, le célèbre chorégraphe fera danser pas moins de 700 personnes sur le Parvis de l’Hôtel de VilleKadamati signifie « Terre d’argile » en bengali, c’est une création sur l’importance de la terre et de l’eau. Au même moment, des centaines d’amateurs exécuteront la même chorégraphie à Edimbourg. Si Akram Khan, ne danse plus, il a désormais le pouvoir de faire danser les foules à l’unisson à travers l’Europe ! Cette performance dansée collective est une proposition de Théâtre de la Ville associé au Théâtre du Châtelet.

Gratuit le dimanche 9 septembre sur le parvis de l’Hôtel de Ville à 15h, 16h et 17h

Grand Kabuki de Nakamura Shidô et Nakamura Shichinosuke

du 13 au 19 septembre au Théâtre national de Chaillot dans le cadre de Japonismes 2018 et du Festival d’automne à Paris

Photomontage
Photomontage © Creative Room MK (gauche © Kishin Shinoyama -droite © Shochiku Co, Ltd)

 

Chaillot ouvre sa saison sous le signe du Japon avec un cycle intitulé   Tous Japonais   à découvrir du 13 septembre au 5 octobre. Place donc à la tradition kabuki en ouverture avec deux grandes figures incontournables en la matière : les interprètes Nakamura Shidô II et Nakamura Schichinosuke II. L’art du kabuki remonte au XVIIème siècle, il associe le chant (ka), la danse (bu) et l’art de la scène (ki). Il se caractérise par un jeu d’acteurs très élaboré appuyé par des maquillages et des décors très sophistiqués. Dans le cadre du Festival d’automne à Paris, deux pièces seront présentées à Chaillot. Créee en 1823, la première Iromoyo Chotto Karimane dit Kasane (du nom de son héroïne) retrace le destin tragique de cette amoureuse illégitime du samouraï Yoemon. La seconde Narukami date de 1684, elle narre le destin d’un moine bouddhiste égaré qui tombe dans les griffes de la princesse Kumonotaema.

Théâtre National de la Danse Chaillot

1 place du Trocadéro, 16ème

Plein tarif : 55 euros, tarif réduit : 24 euros

Triple Bill 1 de Kader Attou, Jann Gallois et Tokyo Gegegay

du 18 au 21 septembre au Théâtre national de Chaillot dans le cadre de Japonismes 2018

Tokyo Gegegay
© Tokyo Gegegay

 

Deuxième spectacle pour le cycle Tous japonais. Après la tradition et le kabuki, ce sont les danses urbaines et le hip-hop qui s’invitent à Chaillot ! C’est Dominique Hervieu, directrice artistique de la Biennale de la danse de Lyon et du festival  DANCE DANCE DANCE @YOKOHAMA 2018 qui a eu l’idée de cette rencontre inédite entre deux chorégraphes français et cinq danseurs hip-hop japonais. Pour ce projet original, les chorégraphies ont été confiées à Jann Gallois (artiste associée à Chaillot) et Kader Attou (Directeur du CCN de la Rochelle). Chacun dans son univers singulier a travaillé avec les interprètes japonais à la création de pièces courtes dans une idée de dialogues interculturels. La compagnie Tokyo Gegegay sous la direction de la chorégraphe Mikey viendra pimenter la soirée avec une troisième pièce déjantée dans un univers futuriste et excentrique. Une occasion unique de voir se produire sur scène en France les danseuses de ce groupe star au Japon dont les vidéos sur leur chaîne youtube sont plébiscitées par des millions de fans.

Théâtre National de la Danse Chaillot

1 place du Trocadéro, 16ème

Plein tarif : 37 euros, tarif réduit : 13 euros

Sambaso, danse divine de Hiroshi Sugimoto

du 19 au 25 septembre à l’espace Pierre Cardin (Théâtre de la Ville) dans le cadre de Japonismes 2018 et du Festival d’automne à Paris

Sambasô au Théâtre de la Ville
Sambasô, danse divine © Théâtre de la Ville, Mansaku Nomura / Mansai Nomura / Yûki Nomura / Hiroshi Sugimoto

 

Hiroshi Sugimoto est ce que l’on appelle un artiste complet. Du haut de ses soixante-dix ans, son talent est multiple : photographe, plasticien, il est également scénographe. Les décors de cette pièce ont d’ailleurs été crées à partir de ses propres photographies. Les costumes sont également le fruit de sa créativité sans limite. Il s’intéresse tout particulièrement à l’art dramatique japonais dans ce qu’il a de populaire et de comique. Il en explore les différentes formes : de la tradition avec le théâtre nô, ou le bunraku à des aspects plus contemporains comme le kyôgen. Il réunit sur scène toutes les générations. Un spectacle à travers le temps soutenu par des musiciens traditionnels de flûte et de tambour.

Théâtre de la Ville

Espace Pierre Cardin 

1, avenue Gabriel, 8ème

Plein tarif : 32 euros, tarif réduit : 10 euros

The idiot, de Saburo Teshigawara

du 27 septembre au 5 octobre au théâtre national de Chaillot dans le cadre de Japonismes 2018 et du festival d’automne à Paris

The idiot de Saburo Teshigawara
The idiot de Saburo Teshigawara © Abe Akihito pour Théâtre national de Chaillot

 

Réinterprétation japonaise du célèbre roman L’idiot de Dostoïvski sous forme de pas de deux dansé entre le chorégraphe Saburo Teshigawara et sa complice la danseuse Rihoko Sato. Saburo Teshigawara est une pointure en danse contemporaine, il a fait le pari audacieux de relever le défi de s’attaquer à un monument de la littérature. Il fallait oser et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est une belle réussite ! Des gestes précis et lents sont la signature de ce chorégraphe japonais qui excelle dans la virtuosité du langage corporel. Un univers labyrinthique où le corps et l’âme sont unis par la danse,  à découvrir à l’occasion de Japonismes 2018 et de la 47ème édition du Festival d’Automne à Paris.

 

Théâtre National de la Danse Chaillot

1 place du Trocadéro, 16ème

Plein tarif : 37 euros, tarif réduit : 13 euros