Les sorties cinéma du mercredi 29 août 2018

Notre sélection non-exhaustive de films à ne pas manquer cette semaine :

Guy : comédie dramatique

Système de notation des films de la semaine

 

De et avec Alex Lutz, Tom Dingler et Pascale Arbillot. Durée : 1h41.

Gauthier, jeune journaliste, vient d’apprendre qu’il est le fils de Guy Jamet (Alex Lutz), un vieux chanteur populaire vieillissant. Prétextant un documentaire sur l’ex-idole, il cherche en réalité à connaître ce père absent qui ignore encore son existence. Résultat, un faux docu-fiction et surtout un premier film d’Alex Lutz stupéfiant. Une réussite tant pour l’interprétation hallucinante de Lutz, qui donne vie à ce personnage sur le déclin, que pour l’émotion suscitée par un portrait juste et touchant qui parle du temps qui passe, de la paternité et de l’héritage de la variété française qui résonne en chacun de nous._

 

De chaque instant : documentaire

Système de notation des films de la semaine

De Nicolas Philibert, avec les élèves de l’IFSI. Durée : 1h45.

Elles ne sont pas traders ni fondatrices de start-up, et pourtant elles sont l’élite de la France, car infirmières en devenir. Après la formation au lavage des mains et aux premières piqûres dans une ambiance un peu immature, ces étudiantes sont confrontées aux patients, à leurs souffrances ou à leur bonne humeur, à leur détresse et parfois à leur mort. Un apprentissage filmé par Nicolas Philibert (Être et avoir) comme une éclosion, avec minutie et empathie. Un bel hommage à la transmission et à cette profession essentielle trop souvent malmenée._

 

Bonhomme : comédie dramatique

Système de notation des films de la semaine

De Marion Vernoux, avec Nicolas Duvauchelle et Ana Girardot. Durée : 1 h 43.

Victime d’un accident de la route, Piotr (Nicolas Duvauchelle) sort du coma très diminué mentalement. Commencent pour lui, et surtout sa compagne (Ana Girardot), une rééducation difficile, voire impossible, et un quotidien qui doit se réorganiser autour de ce handicap. Pourtant, de cette situation dramatique, Marion Vernoux (Reines d’un jour, Les Beaux Jours) a tiré une comédie douce-amère. Un film sur le fil, porté par un Duvauchelle bluffant qui se dépêtre à merveille de ce rôle casse-gueule en incarnant ce bonhomme à la fois émouvant, paumé, drôle et au final très attachant._

 

Burning : drame

Système de notation des films de la semaine

De Lee Chang-dong, avec Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-seo. Durée : 2 h 28.

Apprenti écrivain multipliant les petits boulots, Jongsu retrouve Haemi, une ancienne voisine, et en tombe amoureux. De retour de voyage, elle lui présente Ben, un mystérieux et inquiétant jeune homme. L’inquiétude se concrétise quand Haemi disparaît, nourrissant ainsi l’intrigue de ce thriller sud-coréen peu banal. Un jeu de piste aussi lancinant que troublant sur fond d’amour et de lutte des classes, logiquement primé par la critique à Cannes cette année._

 

Reine d’un été : aventures

Système de notation des films de la semaine

De Joya Thome, avec Lisa Moell et Denny Sonnenschein. Durée : 1 h 07.

Envie de prolonger l’été avec un film familial ? Découvrez les vacances mouvementées de Léa, 10 ans, qui, soucieuse d’intégrer la bande des garçons, va devoir relever tout un tas de défis et vivre une aventure initiatique qui l’aidera à grandir. Une belle évocation de la nostalgie de l’enfance aux petits airs de Quatre cents coups._