Quelles pièces voir cet automne et dans quel théâtre ?

« Le problème avec le théâtre à Paris, c’est que l’on ne sait jamais vraiment ce qu’il faut aller voir. » Trop de pièces, trop de théâtres ?  Vous vous sentez perdu.e à l’idée de remplir votre agenda culturel ? Voire pire vous avez peur de vous tromper ? Voici une sélection sur trois mois, pour réserver ses places en avance et ne rien manquer.

Les Naufragés

théâtre à paris
© Loll Willems

 

Psychanalyste et auteur, Patrick Declerck a ouvert la première consultation d’écoute destinée aux SDF dans un centre d’accueil à Nanterre. Un expérience qu’il raconte en 2001 dans Les Naufragés, un ouvrage poignant qu’Emmanuel Meirieu met en scène cet automne aux Bouffes du Nord. Un spectacle sur la marginalisation et le fonctionnement parfois très paradoxal des centres d’accueil. Présenté aux Nuits de Fourvière, Les Naufragés est raconté par l’émouvant François Cottrelle devant un rafiot délabré cerclé de sable. Symbole immobile du naufrage à venir.

Les Naufragés du 12 septembre au 2 octobre aux Bouffes du Nord 

Orlando à l’Odéon

théâtre à paris
Katie Mitchell © Stephen Cummiskey

 

Produite à la Schaubühne de Berlin, la nouvelle création de la britannique Katie Mitchell va irradier la rentrée théâtrale. D’abord parce que la metteuse en scène a choisi de s’inspirer du « premier roman trans de langue anglaise » selon l’expression de Jeanette Winterson soit le magnifique Orlando de Virginia Woolf. Et parce qu’elle a demandé à l’excellente Alice Birch d’en faire une adaptation scénique. Le résultat traverse des questions contemporaines telles que la condition féminine et le patriarcat  tout en mêlant le théâtre et le cinéma. Du live action filming et du théâtre dans le théâtre sur la scène de l’Odéon.

Orlando du 20 au 29 septembre au théâtre de l’Odéon

Tout le monde ne peut pas être orphelin à la Villette

théâtre à paris
© Ph. Lebruman

 

En France, le terrain de l’humour est souvent réservé au stand-up ou aux comédies de boulevard. Dans les scènes conventionnées, on a souvent peur de rire. Et si l’on rit, c’est souvent par petites touches. Les chiens de Navarre n’ont assurément pas ce problème. C’est très certainement une des raisons qui fait que l’on aime autant cette compagnie de théâtre: sa verve, son créativité et son humour acide et perché. Nouvelle pièce de Jean-Christophe Meurisse, Tout le monde ne peut pas être orphelin s’intéresse à la question de la famille au sens large du terme.

« 91 % des Français affirment que la présence quotidienne de leur entourage familial apparaît comme étant essentielle. Je me sens bien souvent un égaré des 9 % restants » affirme le metteur en scène. Ici, on convoquera Médée, Œdique, Dolto et autres figures problématiques de la parentalité. On en rira sûrement jaune aussi. Et ce sera formidable évidemment, comme chacun des spectacles des Chiens de Navarre.

Tout le monde ne peut pas être orphelindu 26 novembre au 7 décembre 2019 dans la Grande Halle de la Villette 

La Goia au théâtre du Rond Point

théâtre à paris
La Goia © Luca Del Pia

 

Sensible et visuel, le théâtre de Pippo Delbono ne laisse pas indifférent. Il faut dire que le metteur en scène italien propose des spectacles presque métaphysiques où il aborde entouré de sa troupe de questions essentielles. Pour La Goia, Pippo célèbre son vieil ami sourd-muet disparu Bobò. Un hommage qu’il a voulu joyeux (goia en italien signifie joie), baigné de fleurs et arrosé de pas de danse. N’imaginez pas assister à une pièce de théâtre avec une narration linéaire, des personnages définis et des intrigues qui se dénouent, chez Pippo Delbono tout se construit au fur et à mesure, à coups de petites scènes et de déguisements.

La Goia  du 1er au 20 otobre au théâtre du Rond Point 

Bajazet à la MC 93

théâtre à paris
Frank Castorf © Thomas Aurin

 

Parions qu’un rapide name dropping suffira à vous donner envie d’assister à une représentation de Bajazet. Mis en scène par Frank Castorf avec Jeanne Balibar, le spectacle réunit les textes de Racine et d’Antonin Artaud.  « Nul ne sait ce que peut la parole » affirme le célèbre intendant de la Volksbühne de Berlin qui choisit pour cette création confronte deux chefs d’œuvre de la littérature de théâtre. D’un côté, on retrouve la magnifique tragédie Bajazet qui raconte une inextricable lutte pour le pouvoir à Constantinople, et de l’autre, le premier chapitre du Théâtre et son double d’Artaud : le Théâtre et la Peste. Une mise en dialogue digne de la démesure théâtrale de Castorf.

Bajazet du 5 au 14 décembre à la MC93 


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !