A.Voir

Studio 54 Director’s Cut

A partir du 9 décembre, découvrez une version exclusive du grand classique « Studio 54 », un plongeon sexy et enivrant dans la folie des années 70 ! Une version encore jamais rendue publique avec plus de 44 minutes inédites !

Fin des années 70, sur la 54ème rue de New York, surgit un lieu qui va très vite acquérir le statut de plus grande boîte de nuit de tous les temps : le Studio 54. Un soir, Shane, 19 ans, réalise son rêve et parvient enfin à pénétrer dans ce club mythique. Côtoyant les plus grandes stars, il découvre un univers unique et extravagant, où se mêlent décadence et excès. Un tourbillon étincelant et enivrant dont il ne pourra bientôt plus se passer…

Ce film sort en 1998, mais la liberté sexuelle et la folie malsaine de ces soirées montrées à l’écran ne passent pas à cette époque. Non censuré, le film est malgré tout coupé dans les grandes lignes. Mais aujourd’hui, si l’insouciance des années 70 n’est pas revenue, les problématiques d’orientations sexuelles et de libertinage sont contemporaines, et ce film devient un récit vibrant d’actualité. C’est après le travail considérable de toute une équipe de post-production que le réalisateur a pu finalement monter son projet initial, 17 ans après sa première sortie. Il a fallu retrouver des piles de VHS sauvées de peu de la destruction, recontacter la voix off qui ouvre le film : Ryan a 40 ans aujourd’hui alors qu’il n’en avait que 19 au moment du tournage. Comme une mise en abyme sur le temps qui passe, cette réalisation voit le jour et le film ressort au cinéma le 9 décembre 2015.

  

Malgré un remaniement récent du montage, le film garde cet ancrage dans les années 70, tant par la réalisation volontairement marquée par des plans de l’époque que par le récit : « Je rêvais d’un temps pas si lointain où être jeune et gay était synonyme de liberté, de fête, et où le sexe était encore sexy. Ces sentiments de fête et de liberté atteignirent leur apogée à la fin des années 70, et ils l’atteignirent dans un endroit appelé STUDIO54. Rien de comparable n’est arrivé depuis, et rien de comparable n’arrivera jamais plus. » confie Mark Christopher.