Théâtre, Opéra : 6 spectacles chocs de la rentrée

Après une première quinzaine sur les chapeaux de roues, le mois de septembre ne nous laisse décidément aucun répit. Trop de spectacles ? Si on veut. Une peur panique de rater sa carrière de spectateur survolté ? Très certainement. Alors voici de quoi se frayer un chemin dans la jungle touffue de cette rentrée finissante.

 

SHOCK CORRIDOR

salle SHOCK CORRIDOR
©Tyler Callahan on Unsplash

 

Marqué par ce film majeur du cinéma américain des années 60, Mathieu Bauer signe une adaptation théâtrale glaçante de Shock Corridor, descente aux enfers d’un journaliste obsédé par un meurtre, et dont l’obsession le mènera à se faire interner dans un asile des plus sordides, quitte à y laisser sa peau. Pour ceux qui ignore tout de ce qui se trame, point d’inquiétude, ici l’intrigue est plutôt transparente, et commentée en direct par le réalisateur, qui un cigare à la bouche nous gratifie au passage d’une petite leçon de cinéma. Musique, chant, lumières, on salue l’énergie de ces jeunes comédiens, et cette critique à peine voilée d’une Amérique devenue complètement paranoïaque (bah tiens.)

Nouveau Théâtre de Montreuil
10 place Jean Jaurès, Montreuil
Du 21 au 28 septembre 2018

 

LA REPRISE. HISTOIRE(S) DU THEATRE (1)

acteurs LA REPRISE. HISTOIRE(S) DU THEATRE (1)
©PHOTO MICHIEL DEVIJVER

 

Le nouveau spectacle de Milo Rau est sans nul doute l’une des plus grosses claques du dernier Festival d’Avignon. Et sans doute l’un des rendez-vous majeurs de la saison. Inspiré d’un fait divers remontant à 2012, La Reprise revient sur le meurtre homophobe d’Ihsane Jarfi, et reconstitue l’enquête dans ses détails les plus insoutenables. Difficile en effet de représenter une victime sur scène sans tomber dans le pur voyeurisme. Un défi ici brillamment relevé par le metteur en scène et sociologue suisse en passe de devenir la nouvelle coqueluche du théâtre contemporain.

Nanterre Amandiers
7 avenue Pablo Picasso, Nanterre
Du 22 septembre au 5 octobre 2018

 

DIDO & AENEAS

actrice DIDO & AENEAS
©Dido & Æneas – photo Anne-Sophie Soudoplatoff

 

Encore ? Oui, encore, et pour une raison simple : Didon et Enée reste encore le meilleur moyen de convertir les plus revêches à la beauté de l’opéra. Si l’histoire reste peu ou prou semblable à celle de Purcelle écrite il y a plus de trois siècles, on salue ici le magnétisme de la soprano Chantal Santon Jeffery. Ainsi que la délicatesse avec laquelle l’ensemble Diderot tente de faire entendre chacun des instruments, sans jamais empiéter sur les envolées lyriques de chacun des interprètes. Une excellente introduction au genre, débarrassé ici de tout snobisme  !

Athénée Louis-Jouvet
7 rue Boudreau, 9e
Du 25 au 30 septembre 2018

 

STEREOPTIK

visuel d'illustration
©Stereoptik. Romain Bermond / Jean-Baptiste Maillet. Source : Théâtre de la ville

 

Depuis quand n’a-t-on pas ressenti ce « sentiment de l’enfance » ? Dans cet éloge du ratage organisé, les deux gais lurons de la compagnie Stereoptik nous proposent de revivre cette période bénie durant laquelle on pouvait se contenter de regarder un mobile tournicoter au plafond. A l’aide d’un simple écran, d’un fusain, d’une fresque déroulée à grands coups de manivelle et de petits personnages découpés dans du carton, ils font surgir de nulle part une acrobate, un homme-canon, un lanceur de couteaux, un dompteur, un lion… Un spectacle qui laissera plus de traces qu’une sempiternelle balade au square !

Espace Pierre Cardin
1 avenue Gabriel, 8e
Du 25 septembre au 7 octobre 2018

 

GEORGE DANDIN OU LE MARI CONFONDU

acteurs GEORGE DANDIN OU LE MARI CONFONDU
©Pascal Victor. Source : MC93

 

Drôle d’idée que de sortir encore George Dandin du placard, et pourtant… Jean-Pierre Vincent s’attelle à la tâche avec humour et facétie, secouant vigoureusement le destin de ce paysan mal dégrossi, puni d’avoir été un peu trop ambitieux pour être honnête – et accessoirement d’avoir acheté sa femme à vil prix. Une comédie de mœurs dont on aimerait se lasser, mais qui reste néanmoins aussi attachante que le souvenir d’un bonbon acidulé à faire fondre sous la langue.

MC 93
9 boulevard Lénine, Bobigny 
Du 26 septembre au 7 octobre 2018

 

SOUS LES FLEURS DE LA FORET DE CERISIERS

Année nippone oblige, le Théâtre de Chaillot se met au diapason du cycle “Japonismes 2018”. Il jure ainsi encore une fois fidélité au metteur en scène Hideki Noda, connu pour le regard particulièrement critique qu’il porte sur la société japonaise contemporaine. Créée en 1989, Sous les fleurs de la forêt de cerisiers est une sorte de traversée féérique de tout un univers dont les codes nous échappent, qui puise aussi bien dans les légendes populaires que dans la mémorable crise politique à laquelle le pays dut faire face au VIIè siècle. Et si on ne comprend rien, aucune importance, on se laisse volontiers flotter au milieu des arbres en fleurs…

Théâtre National de Chaillot
Place du Trocadéro , 16e
Du 28 septembre au 3 octobre 2018