Notre sélection des meilleures expos de mai

Amateurs d’Histoire, les expositions qui débutent en mai sont faites pour vous ! De l’empire hittite à la Seconde Guerre mondiale, de la préhistoire au salons littéraires de l’époque romantique, les musées parisiens vous invitent à embarquer dans la machine à remonter le temps !

L’exposition « Royaumes oubliés, De l’empire hittite aux Araméens »

Au Louvre

expos de mai
Orthostate du palais de Kapara représentant un homme et un autel © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Thierry Ollivier

 

Le musée du Louvre consacre une exposition à un empire dont vous n’avez probablement jamais entendu parler. Vous connaissez bien l’Égypte antique, mais peut-être connaissez-vous un peu moins la puissance qui fut sa rivale jusqu’en 1200 av. J.-C. : l’empire hittite. La Turquie et la Syrie sont nées de cette civilisation qui a sombré dans l’oubli, et les fouilles archéologiques menées au début du XXème siècle par l’historien allemand Max von Oppenheim dévoilèrent les traces de cet héritage culturel. Au cours de l’exposition, vous pourrez découvrir les sites mythiques de cette civilisation mystérieuse grâce au travail de restauration colossal mené depuis les années 2000 et auquel a contribué le musée du Louvre par son engagement.

Du 2 Mai 2019 au 12 Août 2019

Louvre – Hall Napoléon
Rue de Rivoli, 1er
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9h à 18h
Billet unique : 15€

 

L’exposition « Les Juifs de Tunisie sous le gouvernement de Vichy et l’Occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale »

À la mairie du IVème arrondissement

expos de mai
Des Juifs sont réquisitionnés par l’administration nazie pour le travail forcé, à Tunis. Tunisie, 12/1942 © Mémorial de la Shoah/CDJC.

 

En mai, le Mémorial de la Shoah vous invite à découvrir une exposition hors les murs qui prend ses quartiers au sein de la mairie du IVème arrondissement. L’institution se plait, une fois de plus, à nous éclairer sur les microcosmes historiques méconnus de la Seconde Guerre mondiale : l’installation s’intéresse ici au cas des 90 000 juifs installés en Tunisie au moment où survient le conflit et qui connaîtront, dès 1942, le même calvaire que le reste de leur communauté en Europe. De nombreux camps de travail s’implantent dans tout le pays, des rafles sont organisées ainsi que des déportations vers les camps de la mort.

Du mercredi 8 mai 2019 au samedi 18 mai 2019

Mairie du IVe arrondissement
2 place Baudoyer, 4e
Gratuit

 

L’exposition « Barbie’s Birthday»

À la Galerie Isabelle Laverny

expos de mai
Barbie aux 4 Chats. Barbie Audrey Hepburn, fume cigarette, devant le photocall collector du célèbre restaurant Les 4 Chats à Trouville. © Michel Tréhet

 

On passe à un registre plus léger avec l’exposition « Barbie’s birthday » qui fête les 60 ans de la plus culte des poupées à la Galerie Isabelle Laverny. Le photographe Michel Tréhet, passionné tout autant par cette cette muse régressive que par les années 50-60, choisit de la mettre en scène au détour de 60 clichés déroutants en noir et blanc. Débordant d’imagination, l’artiste la métamorphose – grâce à des vêtements signés Chanel, Dior ou encore Givenchy – en icônes féminines (Grace Kelly, Audrey Hepburn) mais aussi masculines (Karl Lagerfeld), rendant ainsi un hommage fantasque à l’univers de la Haute Couture.

Prenant la pose dans des lieux réels (Deauville, Paris, St-Tropez) ou se prêtant au jeu de scènes cinématographiques d’anthologie ( « Un Homme et une Femme » de Claude Lelouch , « Les Oiseaux » d’Alfred Hitchcock), les Barbies de Michel Tréhet célèbrent la femme sous toutes ses formes, élégante, glamour, intrépide, espiègle et indépendante, toujours héroïne de sa propre vie. Engagé auprès de La Maison des Femmes qui vient en aide aux femmes vulnérables ou victimes de violence, le photographe mettra prochainement aux enchères le tirage de « Barbie Audrey Hepburn émue aux larmes » au profit de cette association.

Du 16 mai 2019 au 4 juin 2019

Galerie Isabelle Laverny
27 rue Guersant, 17e
Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 19h15, le samedi de 10h30 à 13h puis de 14h30 à 19h
Gratuit

 

L’exposition « Préhistoire, une énigme moderne »

Au Centre Pompidou

expos de mai
© Centre Pompidou, Mnam/Cci, photo : Audrey Laurans / Dist. RMN-GP. Ami Drach and Dov Ganchrow, « BC-AD; contemporary flint tool design »

 

La Préhistoire comme vous ne l’avez jamais vue ! C’est un regard inédit que pose le Centre Pompidou sur cette époque bien lointaine en mettant en lumière la fascination qu’elle a pu exercer sur nos artistes. Dans un dialogue entre œuvres ancestrales et créations modernes, le parcours chronologique interroge la préhistoire comme matériau inspirant pour l’art au fil des siècles : de Picasso à Tacita Dean, de Brassaï à Penone, de Dove Allouche à Louise Bourgeois… Les plus grands artistes ont fantasmé cette question des origines, rêvé cette période mystérieuse ! Réalisée en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle – Musée de l’Homme, le Musée d’archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye et le Musée national de Préhistoire, cette exposition originale bouscule le cours du temps et chahute, pour notre plus grand bonheur, nos représentations.

Du 8 mai au 16 septembre 2019

Centre Pompidou, Galerie 1
Place Georges-Pompidou, 4e
Ouvert tous les jours de 11h à 21h sauf le mardi
Plein tarif : 14 €, tarif réduit : 11 €

 

L’exposition « Paris romantique, 1815 – 1848, « Les salons littéraires » »

Au Musée de la Vie romantique et au Petit Palais

expos de mai
© Photo RMN-Grand Palais/ Christian Jean

 

Qui n’aurait pas donné cher pour remonter le temps et connaître, l’espace d’un instant, l’ambiance des salons du XIXème siècle ? Épicentre du mouvement romantique, les salons littéraires sont des cercles privilégiés qui permettent alors aux grands écrivains de se rencontrer et d’échanger autour de littérature, de musique et de beaux-arts. Non seulement ces lieux de sociabilité donnent le ton en matière de questionnements intellectuels au XIXème siècle, mais ils dévoilent aussi une vision du romantisme qui rompt avec l’imaginaire de l’écrivain solitaire qu’on lui a longtemps attaché. Organisée sur deux lieux, l’exposition dévoile, par le prisme des salons littéraires, les enjeux artistiques, culturels et politiques qui agitent la scène intellectuelle au siècle romantique : une centaine d’œuvres plurielles campent le décor de ces salons littéraires au Musée de la Vie romantique tandis qu’une promenade immersive au cœur de la capitale vous attend au Petit Palais pour découvrir les lieux parisiens emblématiques de cette période (les Tuileries, le Palais-Royal, la Nouvelle-Athènes, Notre-Dame de Paris ou les Grands Boulevards).

Du 22 mai au 15 septembre 2019

Musée de la Vie romantique
Hotel Scheffer-Renan, 16 rue Chaptal 9e
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.Tarif plein : 9 €, tarif réduit : 7 €, tarif combiné avec le Petit Palais : 16 €

Petit Palais
Avenue Winston Churchill, 8e
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Tarif plein : 13 €, tarif réduit : 11 €, tarif combiné avec le Petit Palais : 16 €

 

L’exposition « Contrepoint contemporain / Alex Katz. Nymphéas – série Homage to Monet, 2009-2010 »

Au Musée de l’Orangerie

expos de mai
Alex Katz. Homage to Monet 1, 2009. Oil on linen, 48 x 96 inches. Collection of the artist. Photography by Paul Takeuchi.

 

Lorsque le peintre figuratif Alex Katz rencontre l’œuvre impressionniste emblématique des Nymphéas de Monet, on obtient une exposition inédite à découvrir de toute urgence au musée de l’Orangerie. Né dans les années 30, l’artiste américain rattaché au mouvement du pop art dévoile ici une série de toiles abstraites, habitées par des nénuphars, qui rendent un hommage vibrant à l’iconique série du peintre français.

Inspiré par ces gracieux végétaux qu’il admire chaque été dans son atelier en plein air du Maine, mais ne pouvant se résoudre à s’approprier l’objet des chefs-d’œuvre de Monet, Alex Katz dépasse finalement cette intimidation pour donner naissance à ses propres créations : « J’ai regardé ces nénuphars sur l’étang dans le Maine depuis plus de cinquante ans mais je n’ai jamais osé les peindre à cause de Monet. Mais je me disais tu le feras un jour et je l’ai fait ». Venez vite découvrir ces grandes toiles au charme onirique au Musée de l’Orangerie.

Du 14 mai au 2 septembre 2019

Musée de l’Orangerie
Jardin des Tuileries, place de la Concorde, 1er
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Plein tarif : 9 €, tarif réduit : 6,50 €

 

L’exposition « Félix Fénéon (1861-1944). Les arts lointains »

Au Musée du Quai Branly

expos de mai
© photo : Paul Signac (1863-1935)Portrait de Fénéon. Opus 217. Sur l’émail d’un fond rythmique de mesures et d’angles, de tons et de teintes, portrait de M. Félix Fénéon en 1890. 1890-1891. Huile sur toile. H. 73,5 ; L. 92,5 cm. New York, MoMA, Don de David et Peggy Rockefeller © DR

 

Félix Fénéon, personnalité aux multiples facettes, intéresse les musées du Quai Branly, de l’Orangerie et d’Orsay qui lui accordent, en 2019, une exposition inédite en deux volets. Le livre s’ouvre, du 28 mai au 29 septembre, sur un premier chapitre qui vous permettra de découvrir cet homme hors du commun, tout à la fois anarchiste, critique d’art, éditeur, directeur de galerie et collectionneur. Jouant un rôle essentiel dans le milieu artistique du XIX-XXème siècle, Fénéon était attaché à une représentation décloisonnée des arts et a toujours pris position pour la reconnaissance des arts extra-occidentaux. C’est d’ailleurs à ce titre que le parcours du Quai Branly reviendra sur l’enquête qu’il mena au sujet des « arts lointains » et sur son mémorable plaidoyer « Seront-ils admis au Louvre ? ». Militant pour la réévaluation des œuvres d’art primitif, le critique d’art s’évertua à développer une incroyable collection où se côtoient toiles de Seurat, Vuillard, Toulouse-Lautrec, Braque, Matisse ou Modigliani et objets d’art venant d’Afrique et d’Océanie. Cette exposition sera suivie d’un second temps fort intitulé « Félix Fénéon (1861-1944). Les temps nouveaux : de Seurat à Matisse » qui se déroulera du 16 octobre 2019 au 27 janvier 2020 au Musée de l’Orangerie.

Du 28 mais au 29 septembre 2019

Musée du Quai Branly
37 Quai Branly, 7e
Ouvert mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h, jeudi, vendredi et samedi de 11h à 21h, fermé le lundi
Plein tarif : 10 €, tarif réduit : 7 €