Toute la mémoire du monde, un festival cinématographique de films rares

Tandis que la pluie se déchaîne et que le vent s’engouffre sous les vêtements, direction les salles obscures. Et plus particulièrement la Cinémathèque française, du 13 au 17 mars, pour un festival audacieux, Toute la mémoire du monde. Cette 7e édition du festival international du film restauré offre la possibilité de (re)découvrir des chef-d’oeuvre oubliés et des perles rares. Rencontres, ateliers, masterclass, sans oublier pas moins d’une centaine de projections de longs métrages, le programme éclectique et intense met à l’honneur une dizaine de films muets sud-américains ou encore des films injustement méconnus de John Ford, Ernst Lubitsch ou Andy Warhol. 

 

Toute la mémoire du monde : le film restauré à l’honneur

Scorpio Rising / Les prédateurs

 

Du grand écran à la réalité il n’y a qu’un pas ! Le festival permet également de rencontrer en chair et en os les deux invités d’honneur, Jerzy Skolimowski, figure emblématique du cinéma polonais des années 1960, et Garrett Brown, l’inventeur du Steadicam, pour des discussions palpitantes qui raviront tous les cinéphiles. Et comment ne pas citer le parrain de la 7e édition qui n’est autre que Nicolas Winding Refn. Outre son travail grandement apprécié derrière la caméra pour Drive ou The Neon Demon, le réalisateur est aussi un fervent défenseur du patrimoine cinématographique.

A l’occasion du lancement de la version française de sa plateforme byNWR.com, qui restaure et partage au grand public une large collection de films restaurés, Nicolas Winding Refn présentera une sélection de films de sa collection, choisis avec soin et passion. Cinq jours de grand cinéma, à ne rater sous aucun prétexte. 

 


Festival Toute la mémoire du monde
Cinémathèque française 
51 Rue de Bercy, 12e.
En savoir plus