Un avenir radieux

Voir des candidats de télé-réalité se démener pour rafler un gros chèque ou une villa, ne nous surprend guère plus que les déroutes de traders risque-tout. Subtil portraitiste de notre époque, Gérald Sibleyras a choisi de se moquer (gentiment) des adolescents rêvant de gloire immédiate et de la haute finance brutale.

Voici le tableau : Liliane, employée de bureau est au bord de l’apoplexie. Ce soir, son fils est arrivé en finale de l’émission Star et elle exhorte son entourage à voter pour lui, en particulier Stéphane, qu’elle connait à peine mais qu’elle a invité quand même. L’argument peut sembler banal mais il y a là une fantaisie et un style qui sont tout sauf banals. Justesse des situations, vivacité des dialogues, efficacité des gags, ça fonctionne grâce aux situations délicieusement saugrenues et à la tendresse muette qui lie les personnages jusque dans leurs échecs.

Car l’inquiétude est là. Sourde, omniprésente. Ajoutez-y l’irruption réjouissante de seconds rôles inattendus (le frère « beauf » et sa compagne, une « performeuse » peu avenante) et vous tenez un spectacle attachant et réaliste.

Les comédiens y contribuent largement. Lumineuse et fraîche comme un petit matin, Isabelle Gélinas sait faire rire d’elle-même comme quand elle lit dépitée, les commentaires du jury de l’émission. Elle sait aussi émouvoir en animant son personnage d’une flamme vacillante : on la devine presque résignée à la solitude et pourtant prête à s’embraser pour un quasi inconnu.

Succulent en trader séducteur, Grégoire Bonnet déploie un charme indolent tandis que Philippe Uchan et Anne-Sophie Germanaz jouent les parfaits trouble-fêtes. Le regard bienveillant que l’auteur pose sur ces cabossés de la vie et la mise en scène alerte de José Paul font de l’ensemble une comédie sociétale au charme ténu.

Note : 3/5