Vu Tran – Disparue à Las Vegas

Fidèle à ce courant contemporain très porté sur l’émigration et les souvenirs douloureux, Disparue à Las Vegas nous raconte la quête d’un flic pour retrouver son ex-épouse Suzy disparue, caractérielle, inquiétante, dont la présence pèse sur tout le roman.

Les fantômes de Saigon

Les personnages sont, comme l’auteur, d’origine vietnamienne, pourchassés eux aussi par des fantômes historiques, la guerre, la chute de Saigon, en 1975, la fuite, la violence, la difficile intégration aux Etats-Unis. Vu Tran a créé un héros traditionnel qui se prend des raclées, en donne, rebondit comme une balle de plastique, et découvre peu à peu une femme (en réalité, elle se nomme Hong) qu’il croyait connaître, sans rien savoir de sa souffrance d’exilée. L’originalité du livre tient à l’aura presque mystique de Las Vegas, au centre d’un paysage kaléidoscopique. « Depuis l’autoroute, j’apercevais le Strip, qui se découpait sur l’horizon, surplombé d’un unique nuage sombre posé sur un lit de lumière et flamboyant d’une lueur pourpre, extraterrestre. Certain qu’il s’agissait d’un OVNI… » Le Coronado y brille comme un flipper la nuit et perd de son éclat le jour. Et au milieu de cette illusion du désert, les rêves de fortune se montent et se volatilisent, dans ce récit de fuite, lyrique et musclé !  

Mercure noir
Traduit de l’anglais par Nathalie Bru
21,80 €
, 305 pages.