Will Smith, un arnaqueur très honnête

Star hollywoodienne qu’on ne présente plus, capable d’allier le flegme à la tchatche la plus hilarante, Will Smith est de retour le 25 mars dans la peau d’un arnaqueur et pickpocket roublard dans Diversion. L’occasion d’une rencontre piquante avec ce gentleman – in black – cambrioleur.

On vous sent très libre dans votre jeu, notamment avec Margot Robbie à qui vous enseignez l’art de l’arnaque dans le film. Est-ce que vous avez beaucoup improvisé ?

Will Smith : Les réalisateurs ont réussi à créer une ambiance sur le plateau où tout le monde se sentait impliqué. Quelqu’un suggérait : « Eh, Margot, tu devrais dire ça ! », et tout le monde réagissait : « Oh ouais, c’est super ! Eh, Will ! Réponds-lui ça ! » Et c’était génial. Bon, c’était quand même un peu dérangeant dans les scènes d’amour. « Eh Will, mets ta jambe là ! » (rires)

Justement, une telle complicité, ça n’a pas posé de problèmes de jalousie à la maison avec votre femme Jada Pinkett Smith ?

Non, et c’est amusant parce que lorsqu’on a appris que Margot jouerait dans le film, Jada a été voir sur internet à quoi elle ressemblait, et elle m’a dit : « Tu ferais de mieux de reprendre le sport. Ne me fous pas la honte auprès de cette fille ! »

Et vous avez repris le sport ?

Oui, mais c’est de plus en plus difficile. Avant, en six semaines, je pouvais sculpter mon corps comme je le voulais. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Ça me demande plutôt 12 ou 14 semaines. Mais j’adore toujours la discipline que cela m’apporte. Pour moi, travailler son corps est la base de tout. Votre esprit commence à mieux travailler. Vous devenez un meilleur mari, un meilleur ami, et la vie est beaucoup plus belle.

Vous avez toujours été un compétiteur né. C’est encore le cas aujourd’hui ?

J’ai toujours cherché à être le meilleur dans ce que je faisais. Mais j’ai arrêté de faire ça. Pendant toute la première partie de ma carrière, je me suis agité pour être le numéro 1 à tout prix, pour rapporter absolument des millions de dollars au box-office à travers le monde. C’était amusant, mais aujourd’hui je suis entré dans une phase où j’ai juste envie de créer, d’être avec des personnages intéressants, de m’amuser, et de ne plus me préoccuper de tout le tralala autour des films.

Est-ce qu’après ce film sur l’arnaque, vous avez plus de mal à faire confiance aux gens à Hollywood ?

Non, mais c’est amusant, parce qu’avec ce film j’ai réalisé que tout le monde dans la vie se comporte comme un escroc. Tout le monde ! Vous vous levez le matin, vous choisissez vos habits, ce que vous dites, sans que cela soit basé sur que vous êtes au fond de vous, mais sur ce que vous voulez paraître. Vous dissimulez la part de vous-même que vous n’aimez pas. Vous accentuez celle que vous voulez être et vous vous maquillez pour paraître autre chose. Pour moi, et encore plus à Hollywood, c’est devenu assez facile de savoir en qui avoir confiance, car je sais que dès que je rencontre quelqu’un, il va faire semblant d’être quelqu’un d’autre. Et généralement, ce sur quoi les gens mettent l’accent est l’exact opposé de la vérité. Moi, par exemple, je rigole, je parle fort. C’est un signe que je ne suis pas forcément sûr de moi.

Comment feriez-vous pour me convaincre que vous êtes bien Will Smith, et pas un escroc ?

Il suffit que vous regardiez mes oreilles. Les gens me reconnaissent à l’autre bout de la rue, rien qu’avec un tout petit bout de mes oreilles. C’est un truc très américain, ça. Les Américains aiment les oreilles. Et quand vous les avez comme Mickey, ils vous adorent !

Diversion de Glenn Ficarra et John Requa, avec Will Smith, Margot Robbie et Rodrigo Santoro. Thriller. Sortie le 25 mars.