Au Badaboum, les DJ’s cachés derrière un rideau

Cacher les DJ’s derrière un rideau ? C’est le concept mis en place par le Badaboum pour ses nouvelles soirées du jeudi, intitulées Merci. Une affaire qui a fait pas mal de bruit. On vous donne rendez-vous ce jeudi 20 octobre pour la première…


mystère et boule de gomme © DR

Si beaucoup se sont réjouis de pouvoir danser sur du son et pas sur un nom, d’autres ont crié à la mort de la communion entre le public et l’artiste, et pronostiqué son retour à l’état de juke-box humain, comme dans les 70’s. En tout cas, le débat sur la place du DJ est relancé. Faut-il le faire descendre de son piédestal et le mettre au centre de la foule ? C’est sans doute un des éléments de la réussite de Concrete, où le DJ est certes protégé par quelques barrières, mais reste au même niveau que les danseurs. Dans cette position, le transfert d’énergie est forcément plus fort que s’il était barricadé dans une cabine ou perché à l’étage, comme on le voit parfois.

La soirée Merci va un peu plus loin que ça : le/la DJ n’est visible qu’en ombre chinoise. Après la secret place, le secret line-up, voici donc le secret DJ. Mais a-t-on vraiment besoin de plus ? Force est de constater que le travail du DJ – chercher des disques, les écouter, les caler (parfois) – n’est pas très visuel. Alors à quoi bon danser les yeux rivés sur la scène ? Pour le Badaboum, qui ne révélera donc le nom des DJ’s qu’après-coup, la soirée permettra “à des artistes renommés d’explorer de nouvelles directions et aux artistes émergents de faire toutes leurs preuves”. Un concept qui avait déjà été testé dès 2014 avec les soirées Phantom de Manaré au Nouveau Casino. Deux ans plus tard, il semble que le moment est plus propice, comme si la scène électro parisienne avait absorbé suffisamment de name dropping pour préférer le vide. À vous de vous faire une idée ce jeudi, sachant que la programmation, assurée par des gens de confiance, Céline (Sundae) et le Mellotron, aura quand même d’un certain standing. Pour les deux premières, c’était Mad Rey, un des DJ’s parisiens le plus cotés grâce à ses productions sur les labels D.KO/Vertv, et Zaltan, patron du label Antinote, qui se cachaient derrière le rideau. En a-t-on dit trop ?

Soirée Merci, jeudi 20 octobre, 23h (gratuit), au Badaboum, 2 rue des Taillandiers M° Bastille ou Ledru Rollin.