Big Bang, une nébuleuse de stars à Montreuil

Après le Bois de Vincennes et la Grande Arche de la Défense, le festival Big Bang (la version hivernale du Marvellous Island) pose ses enceintes ce week-end au Palais des congrès de Montreuil.

On ne va pas se mentir, la programmation du vendredi est la plus pimpante, avec, en haut de l’affiche, Jamie Jones, la tête de gondole du label Hot Creations, et ses beats toujours bien moites. L’Anglais sera accompagné des stars sud-africaines Black Coffee et Culoe de Song. Ces deux-là possèdent une faculté à retourner les dancefloors partout où ils passent avec leur house aux accents tribaux.

Dans l’autre salle, ce sera tout aussi flashy avec Ryan Crosson, Shaun Reeves et Lee Curtiss, les piliers du label de Detroit Visionquest. Le trio, délesté de l’aura envahissante de Seth Troxler, parti voguer vers d’autres aventures, est une affaire bien rodée derrière les platines. Leurs mix de techno/house mystiques ont fait de l’effet dans les meilleurs clubs et festivals du monde.

Si le vendredi va être pris d’assaut, la soirée du lendemain a quand même de la gueule, avec les mastodontes Kenny Larkin et Dubfire, l’Ecossais Gary Beck – pas le plus fin des DJ’s techno mais assez efficace –, Thomas Muller, le Frenchie signé sur Bpitch Control, et surtout le rigolo Butch, qui cartonne ces dernières semaines avec son tube Dope.