Blocaus, la techno à la parisienne

Parmi les premiers à se lancer dans la vague techno qui submerge désormais Paris, le collectif Blocaus a pris son temps pour s’installer, sans jamais dévier de sa route

Parmi les premiers à se lancer dans la vague techno qui submerge désormais Paris, le collectif Blocaus a pris son temps pour s’installer, sans jamais dévier de sa route. Depuis 2012, sans attendre la hype donc, le crew a emprunté les enceintes des lieux qui comptent dans la capitale (Machine du Moulin Rouge, Rex Club, Batofar, Concrete…) pour diffuser sa techno ligne dure, invitant au passage les ténors du genre, Adam X, Perc, Luke Slater ou Peter Van Hoesen. L’étape suivante, le label, vient d’être franchie, avec la naissance de Blocaus Series, qui a vocation à mettre en avant les producteurs locaux et d’être mieux identifié par les promoteurs internationaux. La première sortie a été logiquement confiée à Anetha, résidente et figure de proue des soirées Blocaus. Les quatre titres de Leftover Love, inspirés par l’imaginaire des raves des 90’s, résument assez bien les valeurs du collectif : une techno pour faire la guerre sur le dancefloor, même si le label veut explorer d’autres styles moins martiaux. Pour fêter ça, Blocaus se posera vendredi sur la barge de Concrete, avec les résidents BLNDR, EXAL et AWB sur le woodfloor, alors qu’en bas, on retrouvera Anetha en back to back avec le Néerlandais Stranger, Kangding Ray, Français installé à Berlin féru de boucles électroniques minimalistes pour le label Raster­Noton, et un live du mystérieux et talentueux Berlinois Headless Horseman, qui performe le visage complètement couvert pour “se détacher de l’environnement et se concentrer sur son ouïe”.

Blocaus Label Launch, vendredi 30 septembre, 20h-7h (15 €, gratuit avant minuit) à Concrete, 69 port de la Rapée. M° Gare de Lyon