Bromance : 5 ans entre techno et hip-hop

Un jour, il faudrait penser à faire embaucher Brodinski à l’Institut français.

Un jour, il faudrait penser à faire embaucher Brodinski à l’Institut français. En termes d’échange culturel, depuis deux ans, on ne fait guère mieux que le patron du label Bromance, qui a carrément loué un studio à Atlanta pour y faire défiler les meilleurs MC’s d’une région qui le fascine et où le rap et la trap foisonnent, de Three Six Mafia à Gucci Mane. Parti de la techno à turbines (Oblivion, son second maxi sur Turbo en 2008), le producteur français est devenu le chaînon qui manquait entre le monde techno/house et le hip-hop, deux secteurs qu’il s’efforce de réunir depuis quelques années. Un engagement qui s’est formalisé avec son intervention à la production de l’album Yeezus de Kanye West et qui a abouti avec son premier long-format, Brava, sorti l’an passé, sur lequel ses beats tapissent les tchatches de rappeurs américains. Mais c’est au quotidien, avec son label Bromance, que Brodinki fait le lien, signant des producteurs prometteurs comme Myth Syzer, Ikaz Boi ou 8TM. Eux et les plus anciens (Louisahhh, le crew Club Cheval, DJ Kore, DJ James, Para One…) seront tous là samedi pour fêter les cinq ans du label lors d’une soirée organisée par Free Your Funk entre les trois scènes de la Bellevilloise et de la Maroquinerie, qui formeront ce soir-là un seul et même club. SB

5 ans de Bromance samedi 26 novembre à la Bellevilloise + La Maroquinerie 22h (23 €) 19-21 rue Boyer M° Ménilmontant/Gambetta