Days Off

Ce festival, qui fête sa 8è édition a dès sa naissance, en 2010, affiché son ambition : l’aventure. Et il n’a jamais dérogé à son esprit romanesque.

Le duo Lady Sir, composé de la comédienne Rachida Brakni et de Gaëtan Roussel, offre déjà un premier voyage intéressant (30 juin). Ce sera ensuite avec un grand plaisir que l’on retrouvera, dimanche (2 juillet), les merveilleux dandys anglais Tindersticks pour une soirée en deux parties : un ciné-concert sur des archives filmées anglaises du début du xxe siècle, illustrées par la musique des Tindersticks et, en deuxième partie, le groupe dans sa formule normale (emmené par le crooner Stuart Staples). Cette journée dominicale sera chargée. Ceux qui frémissent en écoutant Pink Moon du regretté Nick Drake, météore folk pop mélancolique disparu en 1974, peuvent se réjouir. The Colors Bars Expérience revisite le disque dans une tonalité de musique de chambre. Une bonne nuit et ça repart. Le 3, le groupe français Metronomy répandra sa pop électro mélodieuse, et le lendemain, c’est l’incroyable groupe de filles Savages, emmené par la Française Jehnny Beth, qui prendra le relais (4), puis une soirée Hexagone nous cueillera joliment Cité de la Musique avec la nouvelle venue aux mélodies soignées, Juliette Armanet et Songe (5). Il faudra d’ailleurs se dédoubler car, un peu plus loin, le même jour, se produit le nouveau Marvin Gaye Michael Kiwanuka, dont le disque Love and Hate rappelle What’s Going On (5). Et c’est loin d’être fini car l’affiche nous propose aussi le chanteur folk Devendra Banhart (6), le duo de la french touch Air (8), le binôme composé par le chanteur de Pulp, Jarvis Cocker et le pianiste fou Chilly Gonzales qui présentent leur projet Room 29 (9), et l’œuvre Planetarium emmenée par le délicat et subtil Sufjan Stevens (10). Un feu d’artifice. 

Du 30 juin au 10 juillet. Cité de la Musique. Philharmonie de Paris, 75019. www.daysoff.fr