D’Julz et le Rex Club, 20 ans que ça dure

D’Julz fête cette année les 20 ans de sa soirée Bass Culture

On parle souvent du Rex Club pour ses têtes d’affiche, de Laurent Garnier aux DJ’s stars américains ou allemands qui viennent passer des disques une fois par an. Mais le vrai pilier du temple électronique de la capitale s’appelle D’Julz, qui fête cette année les 20 ans de sa soirée mensuelle Bass Culture, un record. Une longévité qui ne doit rien au hasard : depuis 1997, D’Julz a sillonné toutes les périodes de la scène clubbing parisienne, la gloire de la French Touch, la période plus dark de l’électroclash et de la minimale, jusqu’au renouveau house actuel. Pour traverser les modes sans sombrer pendant deux décennies, il fallait garder son cap. Quand les uns et les autres suivaient la hype, laissant de nombreuses victimes de la mode sur le bas-côté, D’Julz est resté fidèle à ce qu’il sait faire, mixer des disques sans âge, quelque part entre la techno modérée et la house cardiaque, révélant des artistes encore méconnus aux yeux du public – généralement pas pour longtemps. “Ce qui fait l’identité de Bass Culture, ce sont les découvertes, nous explique-t-il. Avec le recul, je me rends compte que pas mal de DJ’s qui sont venus pour la première fois à Paris pour ma soirée sont devenus des stars dans les trois ou quatre années qui ont suivi, comme Raresh, Luciano, Loco Dice ou Cassy. Même si c’est un peu moins le cas ces dernières années, où j’ai profité de mes contacts pour faire venir des plus gros noms, je compte bien recommencer à faire découvrir des artistes une fois les 20 ans passés.” La célébration durera en effet toute l’année 2017, avec chaque mois des affiches clinquantes : la prochaine aura lieu ce dimanche, où D’Julz partagera les platines toute la nuit avec le trublion vedette de la scène techno/house, Seth Troxler. SB

Bass Culture 20th Birthday Part 2, dimanche 9 avril à 00h00, au Rex Club au 5 boulevard Poissonnière, 75002. M° Bonne Nouvelle. Prix : 17-20 €