Festivals : notre sélection Sud-Est

Incontournables ou moins connus, bien établis ou tout nouveaux, jazz, classique, rock, électro ou autres : voici une sélection des meilleurs rassemblements musicaux de cet été, dans le Sud-Est de la France.

Festival Pantiero

Il n’y a qu’à jeter un œil aux line-up des précédentes éditions du festival cannois pour s’apercevoir que la terrasse du Pantiero a vu passer certains des plus grands noms électro ou pop-rock au cours de ses quinze années d’existence. Il faut dire qu’il a ses arguments : une vue à 360° sur Cannes, son Palais des festivals, son port et sa Croisette, et une scène avec les montagnes rouges de l’Estérel qui se dessinent en toile de fond, le décor se prête à ce condensé d’électro, de pop, de rock et même un peu de techno organisé chaque année par Pantiero en pleine période estivale. Et, fidèle à sa ligne de conduite revendiquant à la fois un certain éclectisme dans les genres comme un œil avisé sur notre “demain” musical, ce seront La Femme, St Germain, Grand Blanc, Jessica93 ou le collectif Africaine 808 qui viendront ambiancer la terrasse du Palais.

Du 19 au 20 août sur la terrasse du Palais des Festivals à Cannes (06). 22€ la soirée, pass 2 soirs : 30€.

www.festivalpantiero.com/fr

 

Lives au Pont (Pont du Gard)

Birdy Nam Nam à Lives au Pont © DR

Bon, niveau cadre, difficile de faire mieux que le mythique Pont du Gard dans l’Hexagone. Un viaduc qui s’anime de couleurs, d’images et d’hologrammes à l’occasion de l’annuel festival Lives au Pont, qui sait peut-être mieux que personne associer Histoire avec un grand H, le Pont du Gard étant inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, et musiques actuelles, puisqu’en déjà cinq éditions le festival a prouvé qu’il savait rivaliser avec les plus gros line-up français. Et cette année, il y en aura encore pour tous les goûts avec Jamie xx, Fakear ou Birdy Nam Nam côté musiques électroniques, Nekfeu, Set & Match et Mobb Deep côté hip hop, entre autres évidemment. Tout ça sous le soleil du midi, à deux pas du Gardon, le mot d’ordre sera donc “chill”.

Du 7 au 8 juillet au Pont du Gard (30). 45€ la soirée, pass 2 jours : 70€. 

www.festival-lives-au-pont.com

 

Chorégies d’Orange

Plus que jamais, les Chorégies s’imposent comme la grande manifestation lyrique populaire française en affichant deux opéras italiens parmi les plus prisés du public : Madame Butterfly de Puccini, interprétée par Ermonala Jaho et dirigée par Mikko Franck dans une mise en scène de Nadine Duffaut et La Traviata de Verdi par Diana Damrau dans une production signée Louis Désiré et menée par Daniele Rustioli. Verdi occupe aussi l’affiche avec le Requiem que la formidable baguette de Tugan Sokhiev promet de faire vibrer avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse et l’incomparable Chœur Orfeón Donostiarra. On n’oubliera pas un programme Bernstein/Gershwin pour lequel Fayçal Karoui emmène l’Orchestre de Marseille avec la complicité de la soprano Julie Fuchs et du pianiste Nicholas Angelich, ni le toujours passionnant concert des Révélations Classiques de l’Adami.

Du 9 juillet au 6 août, à Orange (84). 12 à 240 €.

www.choregies.fr

 

Festival de la Roque d’Anthéron

Immensité du répertoire, nombre et diversité des interprètes : le piano constitue un véritable univers. Comme chaque été depuis 35 ans, le Festival de la Roque d’Anthéron le met à l’honneur avec une foison de propositions. Bertrand Chamayou, accompagné par l’Orchestre national de Lyon et Andris Poga, donne le coup d’envoi de la 36e édition et joue à plein la carte française avec Saint-Saëns et Ravel, deux de ses auteurs de prédilection. Internationalement reconnu désormais, il est déjà un habitué du festival, au même titre que Boris Berezovsky, Grigory Sokolov, Nelson Goerner, Arcadi Volodos, François-Frédéric Guy, Anne Queffélec ou Alexandre Tharaud, eux aussi annoncés dans de grands opus classiques et romantiques. La nouvelle génération est très présente et l’on brûle d’impatience d’entendre des artistes en plein envol tels que Lucas Debargue, Behzod Abduraimov, Rémi Geniet, David Kadouch, Tanguy de Williencourt, etc. Roi de La Roque certes, le piano n’exclut toutefois pas le clavecin : Jean Rondeau, Maude Gratton, Céline Frisch et Justin Taylor, lauréat du Concours de Bruges 2015, le prouvent.

Du 22 juillet au 18 août, à La Roque d’Anthéron (13). De 16 à 55 €.

www.festival-piano.com

 

Festival d’Aix-en-Provence

Historiquement attaché à Mozart, le Festival d’Aix-en-Provence ne déroge pas à la tradition et s’ouvre sur une production de Cosi fan tutte mise en scène par Christophe Honoré et dirigée par un mozartien de premier ordre : Louis Langrée. Stimulante perspective ! Le baroque est gâté lui aussi, avec l’oratorio Il Trionfo del tempo e del disinganno de Haendel, confié à Krysztof Warlikowski et Emmanuelle Haïm, et une version de concert du Zoroastre de Rameau par une distribution de rêve, Raphaël Pichon et Pygmalion, autant dire ce que la nouvelle génération des “baroqueux” compte de meilleur. En création mondiale, Kalîla Wa Dimna, opéra en arabe et en français du compositeur palestinien Moneim Adwan (né en 1970) démontre qu’Aix ne se cantonne pas aux œuvres du passé, ni au lyrique : pour preuve les concerts du Freiburger Barockorchester, de l’Orchestre de la Méditerranée, des Quatuors Arcanto et Tana, ce dernier avec le remarquable pianiste Wilhem Latchoumia. Si Aix débute le 30 juin par la première de Cosi fan tutte, on n’oublie pas que la série Aix en juin propose à partir du 8 divers rendez-vous (tarifs particulièrement abordables), avec en particulier les Lauréats HSBC de l’Académie du Festival (dont la soprano Mari Eriksmoen et le baryton Andri Björn Róbertsson).

Du 30 Juin au 21 juillet. à Aix-en-Provence (13). De 30 à 270 € (Aix Juin : 5€, pass global 15 €).

www.festival-aix.com

 

Jazz à Juan

Selah Sue, invitée de Jazz à Juan © DR

L’un des plus anciens festivals européens (56e édition), situé à quelques kilomètres de Nice, sur la Côte d’Azur, garde toujours la main, avec sa scène au bord de la mer, sa pinède parfumée, son walk of fame qui conserve les empreintes des grands musiciens passés par là (Coltrane, Miles Davis, Ray Charles). Cette année, l’endroit sacré accueille le violoniste Didier Lockwood (14), le grand groupe de funk des années 1970 Earth, Wind & Fire (15), le guitariste de blues Buddy Guy (16), le saxophoniste Charles Lloyd et le suave chanteur de soul jazz, Gregory Porter, qui vient présenter son nouvel album, Take Me To The Alley (18), la délicate voix anglaise émule de Nat King Cole, Hugh Coltman, sur la même affiche que la reine du jazz vocal Diana Krall (20). On y verra aussi la Belge Selah Sue, le bassiste funky et le toujours populaire Marcus Miller, générateurs d’entrées (21). Deux autres vedettes, la chanteuse Robin McKelle et le vétéran crooner italien du jazz pop, Paolo Conte (23) terminent la brillante dizaine.

Du 14 au 24 juillet, Pinede Gould à Juan-les-Pins dans les Alpes-Maritimes (06).

www.jazzajuan.com

 

Festival jazz de Nice

Ibrahim Maalouf au Festival jazz de Nice © Denis Rouvre

En quittant les arènes de Cimiez pour le Théâtre de verdure et la Place Masséna, le festival jazz de Nice est redescendu peut-être de son piédestal. Avant, il succédait à Juan-les-Pins, aujourd’hui, il se déroule en même temps, et a égaré quelques jours en route. Mais le public aura largement de quoi se satisfaire encore cette année, dès la première soirée, le 16, avec le chanteur de soul anglais James Hunter qui jouera les morceaux de son nouvel album, Hold On !, la belle intrigante du jazz vocal Melody Gardot, et la fée du folk créole, la violoncelliste et banjoiste américaine d’origine haïtienne Leyla McCalla, installée à la Nouvelle-Orléans et auteure de l’excellent A Day For The Hunter, A Day For The Prayer. Le 17, c’est l’une des figures  historiques du funk qui occupe la place, George Clinton. Le 18, une légende y pose ses valises (il a déjà joué à Nice), Robert Plant, l’ex-chanteur de Led Zeppelin et tenant d’un psyché blues de haute tenue avec ses Sensational Space Shifters. Le grand groupe de jazz fusion des années 1980, Steps Ahead, se reforme avec le leader historique, le vibraphoniste Mike Manieri et la pianiste Eliane Elias. Le 19, c’est à un autre feu d’artifice que nous convie Nice, grâce aux vétérans du trip hop, les planants Massive Attack, le pianiste Yaron Herman et le trompettiste Ibrahim Maalouf. Le 20, la star sénégalaise Youssou N’Dour et son Super Étoile de Dakar, ou encore l’association jazzy en diable du guitariste John Scofield et le pianiste Brad Mehldau fermeront cette nouvelle édition d’un rendez-vous existant depuis 1948. 

Du 16 au 20 juillet, Théâtre de Verdure, Place Masséna, à Nice (06).

www.nicejazzfestival.fr

 

Jazz des cinq continents

Petit dernier des grands festivals de province, il fête cette année sa 17e édition. Les programmateurs font le choix d’un jazz métissé, traversé de courants orientaux comme le saxophone turque lhan Ersahin et son électro funk stambouliote (20 juillet). Si notre jazz est préservé, avec le violoniste Didier Lockwood (21), Marseille regarde vers le Nord et le froid, incarnés par le contrebassiste suédois Lars Danielson (21) et le saxophoniste norvégien Jan Garbarek, précurseur de ce courant, inspiré de Coltrane, aux côtés du batteur d’origine indienne Trilok Gurtu. Il croisera le contrebassiste Kyle Eastwood (22). L’occasion aussi de revoir Ludovic Navarre alias St Germain, starifié il y a quinze ans avec son album Tourists (27). La soirée Autour de Chet, menée par Stéphane Belmondo, le pianiste anglais Jamie Cullum (28), et Seal (29) sont les autres rendez-vous phare.  

Du 20 au 29 juillet, au Théâtre Silvain, Friche la belle de Mai, à Marseille en Provence Alpes Côte d’Azur (13).

www.marseillejazz.com

 

Monte-Carlo Sporting Summer Festival

Une soirée là-bas peut coûter cher. Mais lorsque le toit de la Salle des Etoiles s’ouvre, dévoilant les étoiles et la mer, pendant que l’on déguste un grand cru, certains sacrifices sont justifiés. Dans ce lieu qui a vu défiler Frank Sinatra et Stevie Wonder, vous pouvez voir des stars légendaires, certaines oubliées et rares, d’autres, très présentes. Rod Stewart y jouera ses grands succès jusqu’aux titres de son récent album, Another Country (2 juillet). Une figure de la soul des années 1960, Gladys Knight, lui succèdera (8). Les amateurs passeront une soirée avec l’un des compositeurs les plus mythiques américains, Burt Bacharach, qui a servi Dionne Warwick et écrit la BOF de Casino Royale, pour Dusty Springfield (9). La fanfare pop latina Pink Martini (15), l’habituée des lieux, Lana Del Rey, vedette du fameux Gala de la Croix Rouge (23), Seal (25), le crooner jazzy Jamie Cullum (27), le group de hard allemand Scorpions (2 août) offrent les autres réjouissances de l’été monégasque. 

Du 2 juillet au 20 août. Salle des Etoiles. 26, avenue Princesse-Grâce, à Monte-Carlo. 

fr.montecarlosbm.com/

 

Festival YEAH!

Chassol au Festival YEAH! © DR 

Laurent Garnier, saint-patron des DJ’s français, organise la quatrième édition de son festival familial au château de Lourmarin, charmant village du Vaucluse, entre concerts, DJ sets, expos, conférences, tournois, chasse au trésor et concours de air DJ (!). L’affiche ressemble à une playlist du bon goût musical, avec le groupe de rock canadien Suuns, le génial Chassol, le trendsetter anglais Gilles Peterson, la pop excentrique des Nantais de Mansfield.TYA et bien sûr Laurent Garnier, avec notamment un set de clôture “happy family” au Tennis Club de Lourmarin.

Du 3 au 5 juin, à Lourmarin en Provence (84).

www.festivalyeah.fr

 

Calvi on the Rocks

Calvi on the rocks, édition 2015 © Matthew J. Oliver

Pétanque, charcuterie, farniente et after électro, c’est le programme condensé de Calvi on the Rocks, qui reprend ses marques dans la citadelle corse pendant une semaine en juillet. Au programme, des beach parties et des soirées en club intenses avec un line-up bien costaud qui alterne comme d’habitude entre hype, mainstream et underground. On y verra la star de la techno allemande Ben Klock, un improbable set à quatre mains entre Pedro Winter et Martin Solveig, la sainte trinité Joe Claussell, François K et Danny Krivit pour les 20 ans de la soirée new-yorkaise Body & Soul, et les résidents du festival, les Pachanga Boys. Rayon live, on scrutera particulièrement le retour de Doc Gynéco en tournée revival de Première Consultation, son premier album.

Du 8 au 13 juillet, à Calvi (Corse)

www.calviontherocks.com

 

Les Plages électroniques

Festival Les Plages électroniques © Lionel Bouffier

Dix ans après sa première édition, le festival les Plages Electroniques resserre sa formule jadis éclatée sur trois jours d’affilée, du 4 au 6 août, dans un site remodelé à Cannes. Cette saison, des scènes seront installées en simultané à la terrasse et la plage du Palais des festivals, plus une troisième sur la Croisette. On démarre “doucement” le jeudi soir avec le quatuor français Birdy Nam Nam et les Portugais de Buraka Som Sistema, pour leurs dernières dates avant un break. Vendredi, la DJ russe Nina Kraviz sera entourée de deux calibres, le pionnier de la techno de Detroit Carl Craig et le trio français Apollonia, qui fait un carton à Ibiza. Samedi, ce sera un peu plus mainstream, avec en tête d’affiche DJ Snake, crédité pour ses hits mondiaux avec Major Lazer, sur Lean On, et Lil Jon, sur le Turn Down For What.

Du 4 au 6 août, à Cannes (06).

www.plages-electroniques.com

 

Worldwide

En dix ans, la petite fête face à la mer de Gilles Peterson, animateur de l’essentielle émission Worldwide, diffusée en France sur Radio Nova, est devenue le lieu de villégiature des mélomanes anglais. Anderson .Paak, dernier protégé de Dr. Dre, qui figure sur six morceaux de Compton, le dernier album du maître de la West Coast, ouvrira le bal le 4 juillet sur la scène du Théâtre de la Mer. S’il ne reste plus de pass pour les 7 jours, rabattez-vous sur les billets du samedi, avec deux musiciens sensibles, Quantic, tête de gondole du label Tru Thoughts, et l’Allemand féru de house Motor City Drum Ensemble. Vous ne le regretterez pas.

Du 4 au 7 juillet, à Sète (34).  

www.worldwidefestival.com/

 

Kolorz Festival

Une petite ville de 30 000 habitants recluse dans le fin fond du Vaucluse qui accueille les plus grandes stars de la musique électronique ? On a cessé d’être étonnés et l’engouement provoqué depuis cinq ans par l’événement dans la région est désormais intégré. Ainsi, la très demandée DJ russe Nina Kraviz, déjà passée pour une édition hivernale, fera office de tête d’affiche aux côtés du bûcheron de la techno anglais Dave Clarke ou de l’excellent duo français Adventice, composé de Romain Poncet et DJ Deep.

Les 1er et 2 juillet, à Carpentras (84).

www.kolorzfestival.com

 

Positiv Festival Marseille

Fakear au Positive Festival © Tom Oxley

Il n’y a que dans le Sud que les organisateurs ne craignent pas la douche froide. Le Positiv Festival de Marseille étale donc ses quatre scènes extérieures mi-août aux Docks des Suds à Marseille. La programmation la joue surtout électro, avec deux belles têtes d’affiche, Mr Oizo et Kaytranada, le samedi soir et une série de mix à quatre mains le dimanche soir. On retrouvera derrière les platines les jeunes mariés Adam Beyer et Ida Engberg, qui ont organisé leur fête de mariage au Berghain à Berlin, Fakear et The Geek, les Martinez Brothers (qui en ont fait un concept), ou encore Popof vs Julian Jeweil.

Les 13 et 14 août, aux Docks des Suds à Marseille (13).

www.positivfestival.com