La culture club, une fierté gay

Ce samedi, en after de la Marche des Fiertés lesbiennes, gay, bi et trans, plusieurs collectifs gays et lesbiens organiseront des soirées dans Paris.

Ce samedi, la Marche des Fiertés lesbiennes, gay, bi et trans défilera de la place de la Concorde à République, et célébrera 40 ans de luttes pour faire avancer les droits des personnes LGBTQ (depuis la première marche parisienne en 1977). Et en after de la marche, plusieurs collectifs gays et lesbiens organiseront des soirées dans Paris.

Un an après la tuerie au Pulse, une boîte gay d’Orlando, et quelques semaines après les dernières âneries d’Hanouna, c’est l’occasion de rappeler l’importance des clubs pour la communauté, qui font office de refuge et où l’on peut danser sans se être jugé, mais aussi l’importance des boîtes gays et lesbiennes dans le développement de la culture club et de la dance music, sous ses différentes déclinaisons.

Ainsi, Le Loft, lancé par David Mancuso dans le New York des 70’s, prototype du club moderne et temple du disco, était essentiellement fréquenté par la communauté gay, harcelée dans les autres lieux de la ville. Dans les 80’s, le dancefloor du Paradise Garage était rempli de queers noirs ou de Latinos venus écouter le Dieu des DJ’s Larry Levan, aux côtés des programmateurs radio en quête du prochain tube. À Chicago, la house est née dans le club gay le Warehouse, devenu le Music Box, sous la férule de Frankie Knuckles et Ron Hardy, avant de conquérir le monde. Le DJ français le plus connu, Laurent Garnier, a démarré sa carrière à la Luna, un club gay de la rue Keller. C’est au Queen que les soirées Respect ont lancé Daft Punk, Dimitri from Paris et le reste de la French Touch. C’est un club de filles qui aiment les filles, le Pulp, qui a pris le relais au tournant du millénaire, avec l’électroclash ou la techno minimale.

Et ce samedi, à la Folie, House of Moda creusera le sillon en invitant Miss Kittin, reine de l’électroclash avec son hit “Frank Sinatra” (featuring The Hacker), tandis que la Kapsule fera tanguer la Machine du Moulin rouge avec le DJ de house sud-africain Portable, alias Bodycode.

House of Moda de 20h à midi, A la Folie 26, avenue Corentin Cariou, M° Corentin Cariou. Entrée : 15-18 €, gratuit avant 22h.

Kapsule, de minuit à 7 h à la Machine, 90, bd de Clichy, M° Blanche. Entrée : 9 €.