La musique électronique fait son retour au Bataclan

Après un concert tout en émotion de Sting le 12 novembre dernier, et le relais de Pete Doherty quatre jours plus tard – avec une performance plus rock’n’roll, démarrée avec une Marseillaise au violon –, la musique électronique reprend ses droits ce jeudi au Bataclan.

Laurent Garnier © DR

Un lieu qui l’a toujours accueillie les bras ouverts (on se souvient du closing de la Techno Parade en 2009 avec Derrick May), même quand la musique électronique n’était pas à la mode. Symboliquement, c’est le parrain de la techno française, Laurent Garnier, qui tient la tête d’affiche de cette soirée très spéciale organisée par A.K.A Prod. La cinquantaine entamée, Laurent Garnier, l’un des artistes français les plus respectés du monde, tous styles confondus (il suffit d’évoquer son nom dans n’importe quel festival à l’étranger pour s’en convaincre), continue de « vendre du bonheur », comme il dit, que ce soit lors des sets marathons devenus sa marque de fabrique ou avec le Yeah !, son festival familial qu’il organise tous les ans à Lourmarin, dans le Lubéron. À part ça, l’auteur du hit The Man With the Red Face a enfin fini l’écriture de son film – un projet qu’il tient à bout de bras depuis plusieurs années –, qui en est désormais à l’étape cruciale du financement. L’œuvre devrait prendre la forme d’une fiction, inspirée de loin de son livre Électrochoc, dans lequel il raconte son parcours en parallèle du développement de la dance music et du clubbing des années 80 à aujourd’hui. En attendant, rendez-vous ce jeudi pour une soirée forcément historique avec un line-up 100 % français, puisque Laurent Garnier sera accompagné sur scène d’Arnaud Rebotini, pour un de ses live machines frénétiques, et un back to back entre Gordon et Voiron.

Jeudi 24 novembre au Bataclan, à partir de minuit (23 €), 50 boulevard Voltaire M° Oberkampf.