La programmation du Printemps de Bourges

Le Printemps de Bourges revient du 18 au 23 avril avec une programmation éclectique allant de Placebo en passant par Otzeki à Frànçois and the Atlas Mountain.

Placebo


© Scarlett 

Il y a vingt ans tout pile, quelques curieux découvraient à Bourges un jeune groupe qui commençait à faire parler de lui avec son premier album éponyme. Sur la scène, un chanteur au style d’ado androgyne et à la coupe de cheveux improbable officiait sur un piano-jouet et magnétisait le public par quelques regards perçants et surtout, une voix rigoureusement unique. Avec des tubes en puissance comme « Come home » ou « 36 degrees », le mythe Placebo et la starification de son leader Brian Molko était en marche. Aujourd’hui comme un retour aux sources, le groupe célébrera ces deux décennies en consentant pour une fois à se livrer à l’exercice du best-of. Un must pour les fans.

Mercredi 19 avril à 20h au W, « 20 years of » Placebo. Prix: 42 euros.

 

Camille


© DR

 

Si l’on passe en revue les vingt dernières années de création musicale française, Camille n’est-elle pas l’artiste la plus fascinante ? Notre subjectivité l’affirmerait sans rougir, quant à l’objectivité, on sait qu’elle tendrait également à acquiescer. Parce qu’elle n’hésite pas à sans cesse chercher ses propres limites pour mieux les dépasser. Parce que Camille tente tout, et parce qu’elle a une conception éminemment personnelle de la musique. Parce qu’elle a le souci du mot juste, une précision littéraire qui, associée à la loufoquerie presque ancestrale du personnage, ne pouvait que redorer le blason de ce qu’on appelle plus communément « variété française ». Après six ans d’absence depuis la parution de Ilo Veyou, elle sortira son cinquième album, Ouï, le 2 juin, dont les spectateurs de l’Auditorium devraient être les premiers chanceux à en découvrir les contours sur scène. 

Mercredi 19 avril à partir de 20h30 à l’Auditorium, avec Lior Shoov. Prix: 29 euros.

 

Otzeki  


© DR

Il y a peu un ami nous envoie un lien Youtube ; en l’ouvrant on tombe sur une pop éthérée oscillant quelque part entre The xx et James Blake, le tout mis en images en un clip hypnotique, mettant en scène un gars un peu bourré qui danse au ralenti dans la rue, au milieu des noctambules amusés. Petit coup de foudre. Le titre en question s’appelle « Falling Out », du même nom que le seul et unique EP sorti jusqu’à présent par le jeune duo britannique, qui n’a pas encore fêté ses deux ans d’ancienneté. Formé de deux cousins, Joel et Mike, réunis sous le pseudo Otzeki, le tandem familial lançait l’année dernière son propre label, Discophorus Records. Quelques mois plus tard ils se retrouvent à Bourges. 

Mercredi 19 avril à partir de 17h au Théâtre Jacques Cœur, avec Fishbach et Thomas Azier. Prix: 19 euros.

 

Barbagallo 


© Brigid Annand

 

Il est difficile de parler de Julien Barbagallo sans évoquer un CV déjà impressionnant : membre du groupe Aquaserge et ancien batteur de Tahiti 80, il rencontre un soir, dans un bar parisien et totalement par hasard, Kevin Parker, leader de Tame Impala. Quelques semaines plus tard il se retrouve de l’autre côté du globe, en Australie, où il va participer à l’enregistrement de Lonerism, deuxième album du groupe, pour ne plus quitter le projet. Mais le Toulousain de naissance nourrit des ambitions toujours plus solitaires, et c’est au cours de la tournée de Currents, dernier album en date de Tame Impala, qu’il va imaginer son Grand Chien, rencontre pop fantasmée entre Grizzly Bear et Nino Ferrer, chantée en Français, et BO idéale pour son prochain road-trip, quelque part entre le Tchad et la Sicile, par exemple… 

Jeudi 20 avril à partir de 16h30 à l’Auditorium, avec Timber Timbre et Cameron Avery. Prix: 25 euros.

 

Orval Carlos Sibelius 


© DR 

Loin, très loin de toute conception « tubesque », la pop entièrement instrumentale d’Axel Monneau se veut surtout contemplative, décrivant depuis maintenant plus d’une décennie sous le pseudo Orval Carlos Sibelius, rêves psychédéliques et décors hallucinés. Dix ans, mais c’est bien en 2013 que le Français prend son envol, avec un deuxième album salué de toute part, Super Forma. Sa dernière production en date, paradoxalement titrée Ascension et parue l’année dernière, nous emmène au contraire dans les entrailles de la Terre, au cœur des volcans. Chez Baudelaire, on parlerait de correspondance verticale. 

Jeudi 20 avril à partir de 20h au Nadir, avec Frustration, Cheveu et Cannibale. Prix: 15 euros.

 

Parcels 


© Max D’Orsogna

La musique sonne parfois comme une évidence, une suite logique de notes qui ne pouvait exister autrement que sous cette forme. Pour certains groupes cela semble être une faculté naturelle, et on ne louera probablement jamais assez l’exceptionnelle maturité en la matière du quintet australien, dont la moyenne d’âge des membres avoisine à peine les vingt ans. Funky et groovy comme Jungle, parée de refrains imparables à la manière de Phoenix, il ne nous aura fallu qu’une poignée de morceaux pour définitivement tomber sous le charme de la pop de Parcels, alors que le groupe n’a pas encore sorti son premier album. Première production qu’on attend de pied ferme, mais surtout avec l’oreille tendre. 

Jeudi 20 avril à partir de 21h au 22, avec Agar Agar, Her, Paradis, Coely et Tommy Genesis. Prix : 15 euros.

 

Dan San 


© Gilles Dewalque

A l’écoute de Shelter on pourrait croire que Dan San est un énième folkeux qui nous vient d’outre-Atlantique. Perdu. Dan San est en fait un sextet et nous arrive du Plat Pays, terre qui a enfanté entre autres quelque Balthazar, Girls In Hawaii ou Ghinzu au cours des vingt dernières années. A cette liste nous ajouterons donc le sextet liégeois qui, avec un deuxième album qui sent bon l’air marin et Syd Matters, paru l’année dernière, nous laisse penser que le folk a encore de très belles années devant lui. 

Vendredi 21 avril à partir de 17h50 sur la Grande Scène de Séraucourt, avec Wuman, La Jérôme, Mountain Bike et Féfé. Gratuit. 

 

Frànçois and the Atlas Mountain


© Tom Joye

Quand on fera les comptes, fin décembre 2019, et que chacun se penchera sur cette nouvelle décennie musicale qui s’en va, il y aura fort à parier que Frànçois and The Atlas Mountains aura son nom inscrit quelque part, en gros et gras, tant le groupe mené par François Marry aura survolé la pop française des années 2010. D’abord avec le tendre E Volo Love mais surtout avec Piano Ombre, fresque pop majestueuse symbole de consécration pour le groupe franco-britannique. Aujourd’hui certaines Atlas Mountains se sont séparées de François pour se focaliser sur leurs autres projets, Petit Fantôme pour Pierre Loustaunau et Babe pour Gérard Black, tous deux remplacés par le guitariste et claviériste rwandais David Nzeyimana pour la conception de ce quatrième album, beau comme un Solide Mirage. Enregistré à Molenbeek sous l’oreille avisée de l’hyperactif Ash Workman, mixeur entre autres de Metronomy, NZCA Lines ou Christine and The Queens, Solide Mirage démontre une nouvelle fois toute la virtuosité et la totale liberté d’un groupe déjà très grand. 

Vendredi 21 avril à partir de 17h au Théâtre Jacques Cœur, avec Warhaus et Aliocha. Prix : 22 euros.


Talisco 


© Yann Orhan 

Comment passer de « petit groupe indé émergeant » à « projet costaud aux ambitions pérennes » ? Demandez quelque conseil à Jérôme Amandi, que l’on avait connu il y a quatre ans avec son premier album sous le pseudo Talisco, Run, pop aux saveurs océanes portée par le single « Your Wish » qu’une synchro pub’ particulièrement efficace finissait de nous enfoncer profondément dans le crâne. Trois ans plus tard, le Bordelais s’est essayé à l’exercice – pas toujours simple – du deuxième album, seul et avec brio : avec Capitol Vision, en grande partie enregistré à la maison, Talisco prend du coffre et de l’assurance, avec des titres qui n’attendent que d’exploser dans leurs versions lives. 

Vendredi 21 avril à partir de 20h au W et au Palais d’Auron, dans le cadre de la soirée Happy Friday, avec Electric Guest, Fakear, Wax Tailor, Møme… Prix : 34 euros.

 

Recondite 


© Shai Levy  

 

Un peu de techno dans ce monde de pop avec l’excellente programmation de la soirée Rock’n’Beat. De ce prestigieux line-up on a d’abord extrait le nom de Lorenz Brunner, alias Recondite, que les puristes connaissent déjà bien vue la densité de ses sorties et que les autres ont notamment pu entendre dans la BO de la série The Young Pope, avec Jude Law. Une techno qui progresse par couches et se veut plus évasive que martelée, et qui avait surtout été sacrée « meilleur live 2014 » par le site Resident Advisor, à l’heure où sortait l’album Iffy, sommet du producteur allemand. Un label AAAAA en somme.  
 

Samedi 22 avril à partir de 20h30 au W et au Palais d’Auron, dans le cadre de la soirée Rock’n’Beat, avec Jacques, Mr Oizo, Yuksek, French 79, Vitalic, Petit Biscuit… Prix : 34 euros.

 

Part Company


© Mazaccio & Drowilal

Mis en lumière il y a trois ans parce que son titre Babar, évocateur de grands espaces, avait été choisi comme bande-son pour le spot d’un parfum masculin d’Yves Saint Laurent (avec le comédien Olivier Martinez), le duo indie-pop qu’on croyait alors anglo-saxon est français. Sur le papier, tout du moins, puisque Yoël et Damien, ont posé les bases de leur amitié d’adolescence sur la musique bien sûr, mais aussi sur le nomadisme qui était leur lot commun. Baladés de pays en pays depuis tout petits, ceux-là y auront glané au passage nombre d’influences qui percent aujourd’hui dans leur premier album « Seasons » aussi cohérent qu’éclectique. Du son qui respire et qui transporte.

Samedi 22 avril à partir de 21h au 22 avec Idles, Ratboy, The Sonics… Prix : 15 euros.

 

Entrée libre

Pas de pass ? Du 19 au 23 avril, la Grande Scène Séraucourt, sur la Place du même nom, proposera, à horaires divers, 5 spectacles gratuits, soit autant de multi-affiches, avec des découvertes et même des pointures, comme Féfé et Rachid Taha. En entrée de la place, La Scène Pression Live délivrera aussi une belle programmation avec 5 plateaux qui réuniront une vingtaine d’artistes parmi lesquels Blondino, Cyril Mokaiesh, Ropoporose et Sianna.