Le Marathon électronique

Le Marathon électronique, c’est un peu la Fête de la musique avant l’heure.

Mais sans l’affluence, les reprises adolescentes de Smells Like Teen Spirit ou les djembés de sortie. Pour sa troisième édition, l’événement s’étale durant trois jours dans les bars, clubs, disquaires, parcs et jardins du nord-est parisien. Après un échauffement le jeudi à l’Épicerie musicale, on entamera le circuit des bars le vendredi soir, avec, au Cannibale Café, l’excellent label de house Beats X Changers, qui a hébergé l’un de nos artistes préférés du moment, Neue Grafik.

Après, selon les goûts, on vous conseille d’aller au Udo pour un mix bien hypnotique des DJ’s de Vernacular Music, ou au Zéro Zéro pour une ambiance un peu plus folle avec Rose et Rosée, aperçus dans le Camion Bazar de Romain Play. Pour des sons un peu plus déglingués, rejoignez le canal de l’Ourcq et le Belushi’s avec le collectif Scale en mode drum’n’bass et acid techno.

Samedi après-midi, on arrête de courir : rendez-vous au square Sorbier dans le 20e arrondissement pour un concours de pétanque. Si vous êtes fâché avec le cochonnet, il y a aussi un concours de badminton pas loin, dans l’amphithéâtre du parc de Belleville. Et si vous êtes nuls en sport, pas de souci, il y aura aussi de quoi danser.

En cas de pluie, tout le monde filera à l’International pour l’apéro, avant la closing party à la Bellevilloise et son line-up qui balaie le vaste spectre des musiques électroniques, entre la presque pop de Telepopmusik et des variations sur la techno, tendance acide avec Jaquarius, à la Detroit pour le jeune Manceau Charles Fenckler, signé sur le label écossais Soma (qui a sorti les premiers disques de Daft Punk), ou carrément hardcore avec le DJ Laurent Hô.

Retrouvez toutes les informations sur http://facebook.com/LeMarathonElectronique