Les femmes s’en mêlent #20

Le Festival dédié à la scène féminine indépendante fête ses deux décennies d’existence.

Au départ mini-événement parisien d’une soirée seulement, la réunion a grandi au fil des éditions, essaimant dans toute la France, accueillant indifféremment débutantes et pointures, comme les grandes Ann Clark, Jennifer Charles, Cat Power ou Kim Gordon. Aujourd’hui, afin de célébrer cet anniversaire particulier, les participantes seront pour leur majorité toutes jeunes, pour parvenir à atteindre une moyenne d’âge de 20 ans, histoire de montrer que celles-là sont les héritières des premières et que les pionnières auront semé alors, les graines qu’il fallait. Si dans les diverses villes participantes, quelques patronnes comme Mesparrow ou Keren Ann joueront les ambassadrices de la manifestation, à Paris, l’heure sera surtout à la découverte ; les têtes les plus connues allant parfois jusqu’à brouiller les pistes, à l’instar de la Japonaise rétro-moderne Kumisolo en mode duo pour l’occasion. A part une poignée d’incontournables donc, comme la géniale Julia Lanoë, moitié de Mansfield.TYA et de Sexy Sushi quand elle est, comme ici, Rebeka Warrior ou Michelle Gurevich, ex-Chinawoman, on pourra se pencher sur le cas de pas mal de nouvelles venues. A entendre entre autres, Cannery Terror, projet parallèle de la surprenante Clara d’Agar Agar, la jeune reine du hip hop anglais Little Simz, la très pop et pas sage Corine, le R’n’B moderne de Sônge ou l’émotionnelle Islandaise Sóley. Liste non exhaustive, tant les femmes et les filles montreront une fois encore comment elles savent se mêler des affaires musicales avec talent.

Du lundi 27 au vendredi 31 mars au Divan du Monde, à la Gaité Lyrique, au Trianon, chez Madame Arthur, pour le OFF au Batofar et pour la nuit de clôture au Trabendo. Prix pour une journée : 27,50 euros. www.lfsm.net