L’esprit de Detroit au Zig Zag

Surnommé le chaudron (on comprend mieux pourquoi quand on est plongé dedans), le Zig Zag a visiblement trouvé une potion magique pour lever la malédiction qui pesait sur le 32-34 de la rue Marbeuf.

Installée depuis un an et demi à une adresse où plusieurs boîtes (Man Ray, 1515, World Place…) se sont successivement cassé les dents, l’équipe de WIHM Central, qui s’occupait la programmation du Showcase avant sa reprise par Savoir Faire l’an passé, a réussi à transformer un club des Champs-Élysées jugé trop grand, trop cher ou trop huppé en rendez-vous régulier des aficionados de (bonne) musique électronique, en bookant à répétition des DJ’s populaires mais pas trop mainstream de la house et de la techno. Dix-huit mois plus tard, la mayonnaise a bien pris, malgré une clientèle forcément un poil jeune par rapport aux clubs plus à l’est et le carré VIP de circonstance (on est sur les Champs), grâce notamment à son soundsystem, parmi les meilleurs de la capitale, qui vous garde en orbite sur le dancefloor. Le pape de la house de Detroit Moodymann, capricieux patron du label Mahogani Music, aura l’occasion de le tester samedi soir, à l’invitation des résidents Siler & Dima, fondateurs du label Popcorn, qui creusent depuis bientôt cinq ans le sillon de la house avec une oreille nostalgique (deux maxis des vétérans Aubrey et Rick Wade à venir en avril) dans l’esprit du pionnier américain Chez Damier, qui les a adoubés sans hésiter.