Macumba

C’est dans un lieu sacré du jazz à Paris dans les années 50, devenu plus tard boîte de nuit sans âme, que vient d’ouvrir le premier club de l’équipée du Comptoir Général

C’est dans un lieu sacré du jazz à Paris dans les années 50, devenu plus tard boîte de nuit sans âme, que vient d’ouvrir le premier club de l’équipée du Comptoir Général. Baptisé Macumba, l’adresse s’offre une place centrale à Châtelet-Les-Halles, avec, au bout des marches  une salle tombée dans les ténèbres et habillée de sarcophages dignes des plus beaux tombeaux d’Egypte. Sous les traits des divinités : Mickael, Grace Jones, Prince, Elvis, Bowie, James Brown… sur lesquels groove ici la faune habituée du Comptoir et les autres. Particularité du lieu : l’amplitude horaire avec du mercredi au samedi soir, des soirées où apprendre le Moonwalk sur une piste de danse illuminée, tenter une session de déhanché en talons aiguille ou assister à un concert de percussions dès 19h. Après 22 heures, c’est la brésilienne Rosane qui reçoit son monde, l’ambiance musicale étant confiée à un vrai maître de cérémonie, à quelques Dj’s de passage, avec en régulier, Cosmosonic et leurs perles disco, rap, soul ou funk ou au client faisant son choix via l’application Macumba Hits. Bien calibrée pour des battles improvisées, la piste du Macumba s’ouvre sur un salon hallucinant tout en rocher, un fumoir avec piano, et son bar rétro-futuriste aimantant jusque tard dans la nuit. Premier essai transformé pour le Comptoir Général, le prochain, plus compliqué, devant s’occuper de la rénovation complète de l’ancien Petit Journal de Montparnasse, lui aussi bientôt converti aux sons afros

130, rue de Rivoli, 1er. Du mercredi au samedi de 19h à 5h. Entrée gratuite. www.macumba.club